La Commission d'évocation jugera le dossier sur la forme et non sur le fond

LIERSE La Commission d'évocation a examiné mercredi l'appel du Beerschot AC contre l'amende de 20.000 francs suisses (16.400 euros environ) que le Comité d'appel lui a infligé le vendredi 4 novembre dans l'affaire "Kawashima-Fukushima". Une décision tombera dans le courant de la semaine prochaine.

La Commission d'évocation jugera le dossier sur la forme et non sur le fond.

Devant le Comité d'appel, qui avait confirmé la sanction du Comité sportif (30.000 francs suisses d'amende dont 10.000 avec sursis), le Beerschot avait essentiellement plaidé sur des faits de procédure. Le club anversois avait rappelé que l'arbitre de la rencontre Luc Wouters n'avait pas respecté la procédure indiquée ou encore que certains dirigeants de l'Union belge s'étaient prononcés sur l'affaire et avaient même suggéré des sanctions avant qu'elle ne soit traitée par le Comité sportif.

Le club, qui a reconnu faire face à des difficultés de paiement actuellement, s'enfoncerait encore un peu plus financièrement si la Commission d'évocation donnait raison au Comité d'appel.

Pour rappel, Eiji Kawashima, gardien du Lierse, avait été la cible de chants racistes rappelant la catastrophe de Fukushima de la part des supporters du Beerschot lors de la rencontre de la 4e journée du championnat de Belgique datant du 19 août entre son club du Lierse et le Beerschot. L'arbitre de la rencontre, M. Luc Wouters, avait arrêté la partie durant quelques minutes.

© La Dernière Heure 2011