Il faudra dire Royal Excel Mouscron à partir du 1er juillet

Il ne restera donc bientôt plus rien de Péruwelz dans l'assemblage des deux clubs.

BELGA
Il faudra dire Royal Excel Mouscron à partir du 1er juillet
©Belga

Il ne restera donc bientôt plus rien de Péruwelz dans l'assemblage des deux clubs

Le président du Royal Mouscron Péruwelz Edward Van Daele a tenu une conférence de presse au Canonnier mardi midi. Elle n'avait pas pour objet d'annoncer une grande nouvelle, mais de souligner certains points présents ou à venir, et d'établir une sorte d'état des lieux en faisant un large tour d'horizon.

Il a ainsi confirmé que le Royal Mouscron Péruwelz n'avait plus qu'une saison devant lui avant de s'appeler le Royal Excel Mouscron dès le 1er juillet, une fois toutes les formalités vis à vis de l'Union Belge remplies.

"Une manière de permettre aux supporters de se réapproprier le club", a expliqué Edward Van Daele, "et de les rapprocher de sa glorieuse histoire passée. Le retour du public est en effet une des conditions pour retrouver à terme le lustre d'antan. Il y avait d'ailleurs près de 3.000 personnes samedi contre Waasland-Beveren (1-0). C'est encourageant, tout comme le nombre de 1.700 abonnés..."

Il ne restera donc bientôt plus rien de Péruwelz dans l'assemblage des deux clubs. Claude Vermeersch, ex-président de Péruwelz, va d'ailleurs démissionner de son poste de vice-président au profit de Michel Franceus, mais demeurera administrateur. Une tribune portera par ailleurs le nom de l'ancien administrateur Damien Yzerbyt, décédé en janvier, dont le siège reviendra à Mathilde Vandorpe, une autre personnalité politique de la région.

L'ex-T2 Fernando da Cruz succède à Jean-Louis Losfeld comme directeur du Futurosport. L'éclairage a été mis aux normes de la Pro League et la bâche chauffante de l'AEC Mons a été louée.

Edward Van Daele: "Mouscron ne veut pas être un club assisté, mais partenaire"

Edward Van Daele n'a pas caché combien le partenariat avec le puissant voisin du LOSC a pesé lourd dans ce retour express.

Il a même rappelé les trois exigences fondamentales de chaque partie lors du mariage à succès. Lille avait ainsi clairement indiqué que la collaboration s'arrêterait si le RMP stagnait et ne remontait pas rapidement en D2.

Il exigeait ausssi une rigueur totale en matière de budget et à ce propos, Edward Van Daele a tenu à souligner que la vocation du RMP (futur Royal Excel Mouscron) n'était pas d'être un club "assisté", mais "partenaire".

"Nous voulons être autonomes avec un budget (de 5 millions, ndlr) propre en équilibre", a-t-il en effet souligné. "Le LOSC ne doit être financièrement derrière nous qu'en garantie. C'est grâce à lui que les portes s'ouvrent devant nos recruteurs et qu'on nous fait confiance. Même un grand club comme le FC Brugeois n'hésite pas à nous prêter trois joueurs..."

Edward Van Daele n'afffiche publiquement aucune inquiétude quant au rachat éventuel du LOSC par Marc Coucke, déjà président d'Ostende. "Ce n'est pas d'actualité pour le moment", dit-il. "Et puis nous sommes liés à Lille par des conventions qui ne sont pas en papier mâché..."

Enfin que se passera-t-il si le RMP est européen ? "Lille passera aimablement son tour", s'esclaffe-t-il...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be