On le disait dans un précédent article, à la définition « club-man » dans les dictionnaires, on pourrait ajouter une photo de Christophe Lepoint. Le milieu hurlu l’a encore prouvé ce lundi en jouant le rôle de porte-parole du groupe sur le plateau de Notélé. En capitaine modèle, le Mouscronnois est revenu sur la situation actuelle au club. Florilège en quelques citations.

« Qu’est-ce que j’attends de Gérard Lopez ? Qu’il vende le club ! Pour le bien de Mouscron, il faut un repreneur. Limite quelqu’un de la région. On ne peut plus vivre au jour le jour comme maintenant. Il faut savoir que pour l’instant, l’actionnaire fait un versement chaque mois. C’est impossible de préparer le futur. On sera en stress à chaque fois ».

« J’entends que des associés ont lâché Lopez après notre début de saison et que maintenant, il pourrait en trouver d’autres vu notre remontée. Mais je reste sur ma position, on doit changer. Maintenant, on sait que cela ne se fait pas en un mois. Il y a deux pistes concrètes. J’espère qu’un accord pourra être trouvé. Je ne crois pas en la faillite car Lopez veut se débarrasser du club. Partout où il est passé, il y a eu des problèmes. On veut de la continuité ».

Et sur le sportif : « On a le potentiel pour aller chercher la 2e place ou au moins pour se battre avec Beveren pour les barrages. On a travaillé comme des chiens pour revenir et on ne va pas lâcher. Mais il faut que les soucis se règlent vite car le mercato arrive. J’ai peur que certains choisissent la sécurité et partent. Je comprendrai mais ce serait du gâchis vu le groupe et l’ambiance qu’il y a ».