Deux équipes ont réussi à prendre la totalité de l’enjeu face aux Hurlus : le leader, Westerlo, et… Lommel. "C’est une réflexion qu’on a eue, reconnaît José Jeunechamps. On reste sur nos gardes. Il faut rappeler que nos deux défaites sont tombées dans des contextes particuliers. J’avais coaché à l’aller car on avait neuf cas de Covid. Au retour, on se demandait ce que les joueurs avant dans la tête."

À l’époque, Scifo venait d’être licencié. Le nouveau staff n’était pas encore en place. Depuis, les dynamiques se sont inversées. Les Flandriens restent sur un bilan de 2 sur 18. Les Hurlus ont, eux, entamé leur remontée avec 13 unités engrangées sur les six derniers matchs. "C’est une rencontre importante. On va voir comment on est capables de se relever après une défaite, même s’il y a eu un gros fait de match avec l’exclusion de Myny. J’aurais aimé voir jusqu’où on était capables d’aller en menant 0-2 et à onze. On était sur une série où on volait un peu. Il faut voir si la confiance restera présente."

Le coach devra se passer des services de Myny et Bakic, suspendus, et Taravel, blessé. "Jérémy s’est occasionné une microdéchirure au psoas. Il s’est testé ce vendredi mais a dû stopper après dix minutes. Lepoint et Ribeiro sont incertains."

Des absences qu’il faudra gérer mais qui offriront aussi des opportunités à certains. "On joue quasiment avec le même onze depuis mon arrivée. Il n’y a que face à Virton où Angiulli avait pris place car je voulais une équipe plus défensive (NdlR : contre Deinze, Dekuyper avait remplacé Lepoint suspendu. Contre Westerlo, Carcela avait pris la place de Tainmont). On sait qu’on ne peut pas faire une saison avec un noyau de douze gars. Il faut voir comment les autres vont pousser pour s’intégrer tout en gardant la performance."