Samedi, Mouscron entame le premier match sur quatre de son seul duel wallon de la saison, face à Virton. Pour la rencontre, Enzo Scifo et son staff ont appelé le groupe suivant : Mandanda, Gillekens, Delavallee, Gueye, Simba, Lepoint, Taravel, Angiulli, Sow, Bocat, Diandy, Dioné, Tainmont, Myny, Carcela, Gnohéré, Ribeiro, Chevalier et Giunta. Au rayon infirmerie, on pointera la blessure de Postolachi. « Je ne connais pas encore la gravité, détaille Enzo Scifo. À l’entraînement, il a marché sur le ballon. Au même moment, il a pris un contact sur le genou. J’ai vu son visage se blanchir à cause de la douleur ». Espérons qu’il n’y a rien de trop grave pour l’attaquant qui va de peine en peine depuis son arrivée chez les Hurlus. Mohamed et Duplus poursuivent leur revalidation. Les coups reçus par Myny et Lepoint ne sont plus qu’un mauvais souvenir.

S’il n’est pas encore dans la sélection, Marko Bakic est de retour à l’entraînement. "Je suis ravi de son retour car c’est un joueur qui a le niveau. Il a également su se remettre en question après son départ avorté. Il a su tourner le bouton et se mettre à disposition de l’équipe. Il a une touche technique et créative qui nous manque parfois. Cela va nous permettre à terme d’avancer et de proposer autre chose. Il a en tout cas la bonne mentalité. On doit désormais apprendre à se connaître."

Face à Virton, Mouscron doit confirmer sa victoire en Coupe face à Wellen. "Mais je ne veux plus parler de déclic. Parfois, j’ai eu l’impression que cela allait bien à l’entraînement et dans le groupe mais cela ne s’est pas traduit en résultat. Mais désormais, on ne va plus par quatre chemins. Il y a une orientation à suivre. Celui qui ne donne pas satisfaction à l’équipe sera mis sur le côté. On ne se cherche plus d’excuse. C’est nous qui avons la clé."

Cette clé justement, c’est le rendement de chaque joueur. "Je ne demande pas que tout soit parfait sur le plan technique. Mais au niveau du rendement, chacun doit au moins faire 30 % de plus. Le plus difficile, c’est que tout le monde le fasse en même temps. On y travaille. En ce sens, Virton m’a surpris. Face à Lommel et au RWDM, ils n’étaient pas spécialement les plus forts. Mais ils ont eu cette volonté qui leur offre quatre points. Mais si on parvient à mettre le bon état d’esprit, je suis certain qu’on sera meilleur qu’eux. Car on a les qualités. Mais pour l’instant, on doit d’abord privilégier la mentalité. On doit être prêt à bouffer le gazon. On en a besoin. Le meilleur exemple, c’est Bruges cette semaine. Tout le monde les voyait perdant avec l’écart de niveau. Mais ils ont justement su l’élever car ils y ont cru."