Il aura réussi l’immense exploit d’occulter le temps d’une après-midi les Diables rouges pour les Mouscronnois. Notre annonce du retour de Mbo Mpenza au sein du Rem a redonné le sourire aux fans hurlus, privés depuis bien trop longtemps de leurs muscles zygomatiques. La faute à une direction, brillant par une multitude de mauvais choix effectués.

“J’ai rencontré par deux fois les dirigeants de l’Excel mais, malheureusement, on ne possède pas la même vision. J’ai vite compris que ça ne collerait pas car ce sont des gens qui veulent garder la mainmise sur le club et continuer à travailler avec leurs propres réseaux. Ils n’ont pas une réelle volonté sportive”, déplorait le nouveau directeur sportif de l’Excel dans nos colonnes en mars dernier.

L’année chaotique, ponctuée par la relégation sportive, où Paul Allaerts ne possédait que le droit d’approuver même à contre-coeur toutes les décisions de Diego Lopez semble l’avoir secoué. Le directeur général effectue enfin un choix cohérent même s’il ne garantit en rien le succès futur du matricule 216 dans une division qui a bien changé depuis sa dernière apparition il y a huit ans.

L’international belge a tout a prouvé dans cette nouvelle mission qui vient enrichir une deuxième vie déjà bien remplie. Impliqué dans de nombreux projets sociaux dont l’un est soutenu par la fondation de l’UEFA, Mbo Mpenza avait passé son diplôme de manager. Avec son carnet d’adresses cumulé à son amour pour l’Excel, l’ancien Anderlechtois insufflera une politique rationnelle. C’est ce dernier atout qui lui a permis de dépasser Alex Hayes, pourtant en pôle après avoir dîné avec Paul Allaerts il y a 10 jours, mais dont le passé à Virton a finalement refroidi les ardeurs des décideurs mouscronnois.

Avec un budget de 6 millions d’euros, celui qui a explosé à Mouscron lors de la saison 96-97 pourra travailler tout en devant se montrer ingénieux. Il présentera son projet ce lundi à 16 heures avec peut-être à ses côtés le T1 qui pourrait être Enzo scifo et le T2 Emile Mpenza.

Quatre jours après avoir fêté tristement les 25 ans de la montée en D1, le retour de Mbo a permis aux Hennuyers de regarder vers l’avenir. Comme une première victoire.