La grippe avait déjà perturbé la fin de semaine côté hurlu avec la défection de Mandanda qui devait logiquement défendre les cages. Cela s’est poursuivi en ce jour de match. Tainmont n’était pas assez rétabli pour être sur la feuille. Petite surprise du chef, c’est Gnohéré qui prenait place en pointe de l’attaque. Chevalier était, lui, placé dans le couloir droit.

Entre deux équipes qui n’ont plus grand-chose à espérer en cette fin de championnat, si ce n’est de finir le plus haut possible, le duel tardait à débuter. Gillekens se faisait une frayeur d’entrée (6e) en remisant mal sa tête après une sortie de son rectangle. Mais De Schryver ne cadrait pas.

Les Hurlus prenaient ensuite le contrôle du ballon (55 % après une vingtaine de minutes). Gnohéré concrétisait cette domination territoriale par une belle tentative de la tête. Mais Teunckens repoussait. Le Lierse avait quelques timides opportunités mais c’est logiquement que le REM prenait l’avantage sur une phase souvent vue cette saison : un gros débordement de Bocat suivi d’un bon centre en retrait pour Carcela. Juste avant la mi-temps, le timing était idéal.

En gestion durant la deuxième mi-temps

Le Lierse n’ayant plus gagné à la maison depuis la fin septembre, on pouvait forcément s’attendre à un adversaire plus coriace durant le second acte. La pression était un peu plus forte sur la défense hennuyère mais sans danger vraiment réel.

Ce n’est donc pas un hasard si Tom Van Imschoot apportait deux changements à l’heure avec les montées d’Abdallah et Limbombe. Deux éléments habituellement titulaires au SK. Mais cela ne changeait rien dans le jeu de ses troupes. Elles se montraient bien trop imprécises dans les passes ou les rares frappes pour espérer revenir dans la partie…

Le REM n’a eu qu’à gérer tranquillement son avantage et a pu offrir du temps de jeu à quelques joueurs moins utilisés. On pense à Bourdouxhe, Diandy, Robert voire Postolachi.

Grâce à ce succès, Mouscron assure son maintien en D1B. Avec 13 points d’avance, il ne peut plus être rattrapé par Virton. Il peut par contre toujours rêver d’un podium, même si ce sera compliqué. L’Excel pointe à sept unités de Waasland où il ira lors de la dernière journée. Le groupe a en tout cas prouvé qu’il restait totalement impliqué malgré les soucis en coulisses. Une preuve supplémentaire qu’il mérite bien plus de respect venant de plus haut !