Prêté par les Blues au RMP, Cristian Manea veut s’affirmer cette saison

Cristian Manea n’a pas encore eu la possibilité de porter le maillot du RMP avec l’équipe première. Ni même s’asseoir sur le banc. Pourtant, le Roumain vient avec une sérieuse étiquette sur le dos.

Âgé d’à peine dix-huit ans, Cristian Manea compte déjà trois sélections avec le noyau A de son pays. La saison dernière avec Viitorul Constanta, il a joué trente-deux matches et marqué deux buts en championnat. Des statistiques qui ne sont pas passées inaperçues.

Cet été, Chelsea a recruté le défenseur de 183 cm pour la somme de trois millions d’euros. Et les Blues ont prêté le joueur au RMP dans les derniers jours du mercato. "Chelsea me voulait absolument, je ne pouvais pas refuser", explique le défenseur roumain. "Mais il y avait d’autres grands clubs qui me suivaient comme l’Ajax, Arsenal ou encore l’Inter Milan."

En signant du côté de Stamford Bridge, Cristian Manea savait qu’il allait être prêté. "Venir à Mouscron, c’est vraiment un pas en avant dans ma carrière. C’est mieux de jouer ici en Belgique. Vis-à-vis du championnat roumain, il n’y a pas photo."

Arrivé à court de compétition, le Roumain a d’abord travaillé pour être à un niveau acceptable physiquement. Il monte en puissance et la blessure de Thibaut Peyre lui ouvre des portes, même si Nikola Aksentijevic semble avoir les faveurs des pronostics avant le déplacement à l’OHL. "Je veux jouer le plus de matches possible cette saison. C’est normal d’avoir cette ambition car la saison prochaine, je devrai retourner à Chelsea. Et si je veux jouer là-bas, il faut que j’emmagasine du temps de jeu en Belgique. Si je travaille dur, je pourrai avoir ma place en Angleterre. Si pas, je serai probablement encore prêté une saison."

Le Roumain est confiant sans être arrogant. "Je dois travailler dur chaque jour, m’entraîner à fond. Si tout se passe bien, je pourrai recevoir ma chance ici à Mouscron."

Un des atouts du Roumain est sa polyvalence. "En défense, je peux jouer à tous les postes. Axial, à gauche ou à droite."


"Gheorghe Hagi est mon père spirituel"

Cristian Manea cite directement un nom lorsqu’il doit évoquer ses modèles. En Roumain qu’il est, c’est celui de Gheorghe Hagi qu’il sort.

"C’est lui qui m’a lancé la saison dernière au Viitorul Constanta", explique le défenseur roumain du RMP. "C’est lui aussi qui m’a dit que je ne devais pas refuser l’offre de Chelsea."

Gheorghe Hagi, surnommé le Maradona des Carpates, est une source de motivation pour ce jeune joueur. "Il me motive. Il m’a toujours motivé d’ailleurs. Je recevais de nombreux encouragements de sa part. Il me disait : ‘Tu es le meilleur, continue ! Va à Chelsea !’ Gheorge Hagi, c’est comme un second père pour moi. Il m’a dit qu’il suivra ma carrière. C’est grâce à lui si je suis parvenu à un transfert à Chelsea et à lancer ma carrière à Mouscron."

Cette saison est importante pour lui. Surtout que se profile l’Euro 2016. "J’ai joué trois matches avec la sélection la saison dernière et, bien évidemment, j’aimerais participer à une telle compétition. Pour cela, il faut que je me montre avec Mouscron-Péruwelz cette saison. Mais aussi, il faudrait que la Roumanie se qualifie…"

Actuellement, les Roumains sont deuxièmes du groupe F à un point de la Finlande et avec trois points d’avance sur la Hongrie.