L’absence de Thomas Ephestion a pesé au RWDM

Malgré une bonne prestation collective, les Bruxellois n’ont pas créé grand-chose sur la pelouse de Westerlo (0-0).

Pierric Brison
L’absence de Thomas Ephestion a pesé au RWDM
©BELGA

Son nom était sur toutes les lèvres, alors qu’il était absent. Interdit d’affronter le club qui le prête, Thomas Ephestion a manqué aux Molenbeekois.

"Je crois que sous pression, on a manqué de qualité balle au pied, analysait Vincent Euvrard, satisfait avec le point pris au Kuipje. Il nous manquait quelqu'un capable de garder le ballon dos au but, ce qui aurait permis de trouver le troisième homme et de jouer au foot."

Ce point d'appui, c'était évidemment l'attaquant français. Y a-t-il déjà une dépendance, en attaquant ? "Je ne sais pas, rétorque l'entraîneur bruxellois. Nous avons de très bons attaquants avec notamment Nzuzi, Lavie et Gonçalvez. Ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas marqué qu'ils ne sont pas bons. Et ce n'est pas parce qu'on ne s'est pas créé beaucoup d'occasions sur le terrain d'un adversaire qui jouera le titre sans Thomas Ephestion qu'il y a une dépendance. Je ne pense pas que ce soit un problème."

Il n'empêche que l'ancien joueur du RC Lens a un profil pour ainsi dire unique dans l'effectif. Difficile à remplacer, alors qu'il ne pourra pas participer aux trois prochains duels face à Westerlo. Inquiétant ? "Mais vous connaissez notre budget. On est déjà contents de notre noyau. On cherche encore deux à trois renforts, car on est à l'étroit pour certains postes. Un back gauche, un défenseur central et peut-être un attaquant."

Même si le RWDM n’a pas montré grand-chose offensivement, il a réussi à garder le zéro derrière. Le manque de possession rend cette performance encore plus impressionnante. “C’est très important d’être solide derrière. La semaine passée, on l’avait aussi été, avant de concéder ce penalty à dix minutes de la fin. Offensivement aussi, on avait montré de belles choses. Je suis satisfait de ce quatre sur six, mais aussi du contenu des deux rencontres.”

Vincent Euvrard ne s'enflamme toutefois pas, malgré les bonnes prestations. "C'est un bon départ, mais on n'a rien en main. Il nous reste encore 26 journées à jouer, il faut garder les pieds sur terre et continuer à travailler."

La mentalité et l’esprit d’équipe ont jusqu’à présent permis à l’équipe de concéder très peu d’occasions. De bon augure…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be