Jonathan Heris revient au RWDM: "J’ai hâte de rejouer dans ce stade Machtens"

Jonathan Heris, dont le contrat a pris fin à Eupen, a rejoint le RWDM. Il va y retrouver un stade Machtens où il a effectué ses débuts chez les pros.

Jonathan Heris revient au RWDM: "J’ai hâte de rejouer dans ce stade Machtens"
©Sterpigny

Formé au RWDM durant sa jeunesse, c’est au stade Machtens, avec le FC Brussels, que Jonathan Heris avait effectué ses premiers pas chez les professionnels en 2009. Pendant quatre ans, le Bruxellois a fait ses armes chez les pros à Molenbeek, avant de transiter par le White Star et l’AFC Tubize, et puis d’offrir un nouveau tournant à sa carrière en s’envolant pour la Hongrie. Après six années hongroises, le défenseur revenait en Belgique, à Eupen, en juillet 2020. Mais son vrai retour à la maison, c’est en ce mois de juin 2022 que Jonathan Heris l’a effectué, en posant ses valises à Molenbeek, là où tout a commencé pour lui. Au sein d’un club dirigé par Thierry Dailly, un homme qui a accompagné le défenseur dans chaque étape de sa carrière.

Jonathan, quel sentiment avez-vous par rapport à votre retour à Molenbeek ?

"C’est excitant. Ça faisait longtemps que je n’étais plus revenu ici. Durant mes années en Hongrie, je n’ai même pas eu l’occasion de revenir dans ce stade. Les premiers jours ont donc été très spéciaux. Je suis très heureux de revenir à Molenbeek."

Ça vous a fait quoi de reprendre le chemin de ce stade Edmond Machtens ?

"C’est quelque chose de nouveau, et en même temps c’est du vécu. C’est une sensation très difficile à décrire. Cela faisait presque dix ans que je n’étais plus revenu dans ce stade, y jouer à nouveau, ce ne sera que du bonheur. J’espère que tout va bien se passer pour nous cette saison."

À 31 ans, c’était le bon moment pour accepter un retour au RWDM ?

"Le RWDM, et notamment Thierry Dailly, a déjà essayé de me convaincre de revenir ces dernières années. Mais ils étaient conscients que financièrement, ils ne pouvaient pas le faire. Aujourd’hui, j’étais un joueur libre, ce qui a simplifié les choses. De mon côté, je me suis également dit qu’il était mieux pour ma famille, et ma fille, de rester en Belgique."

Cette relation avec Thierry Dailly, elle est très spéciale. Il était déjà là à l’époque de vos débuts au FC Brussels…

"Je connais Thierry depuis mes débuts au Brussels pratiquement. Il est arrivé une saison après moi et depuis, on ne s’est plus quitté. On a toujours gardé contact et au-delà son rôle de président, il a un côté paternel avec moi. Je l’apprécie vraiment beaucoup."

Vous revenez au sein d’un club qui ne cache pas ses ambitions. C’était un critère important pour vous ?

"L’objectif, c’est la première place et rien d’autre. Aucune autre position au classement ne peut nous permettre d’atteindre notre ambition, j’espère que tout le monde au sein du groupe donnera ce qu’il faut pour y arriver."

Le club s’en donne d’ailleurs les moyens. On l’a vu, la professionnalisation s’effectue à tous les niveaux. Ça aussi ça a pesé dans votre décision au moment de signer en faveur du RWDM ?

"Ça fait plaisir de voir le RWDM évoluer de la sorte. C’est aussi pour ça que je suis revenu, pour apporter mon expérience au club et au groupe. C’est une des raisons pour lesquelles Thierry Dailly est venu me chercher. Je sais que le club compte beaucoup sur moi pour encadrer au mieux les nombreux jeunes de l’effectif. Si je peux leur apporter un peu de mon expérience ou les aider dans n’importe quel domaine, j’essaierai de faire mon maximum. C’est mon job de vieux (rires.)"

Quel regard portez-vous sur cette Challenger Pro League qui change notamment de visage avec l’arrivée des formations U23 ?

"Je ne sais pas vraiment ce que ces équipes de jeunes vont proposer mais il est certain qu’elles proposeront du beau jeu avec de jeunes et talentueux joueurs. À côté de cela, il y aura beaucoup de prétendants à la première place, avec des équipes qui se sont bien renforcées. Pour le reste, ce sera une découverte pour moi mais la seule certitude que j’ai, c’est que je donnerai toujours tout pour gagner, que ce soit des jeunes ou des plus anciens en face de moi."

Hâte donc de disputer votre premier match dans ce stade Machtens ?

"Ce sera quelque chose de spécial. Je n’ai aucun doute sur le fait que les supporters vont bien m’accueillir. J’ai hâte d’y être, de vivre à nouveau cette sensation si spéciale."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be