On prend les mêmes et on recommence, le RWDM se serait bien passé d’un scénario bis repetita face à Lommel. Malheureusement, les Molenbeekois mangent leur pain noir en ce moment, soit par manque de réalisme, soit par manque de réussite. Trois occasions franches en sept minutes mais un but qui tombe dans le camp adverse, voilà la réalité actuelle du RWDM.

"Nous étions en pleine confiance, nous avions entamé le match par le bon bout et puis nous prenons un premier coup de poing qui nous envoie dans les cordes. Et le deuxième nous met KO. C’est difficile de s’en relever, encore plus quand vous avez l’impression de revivre le scénario de la semaine précédente"
, débute Lenny Nangis.

Le problème actuel des Molenbeekois il est à la fois simple et compliqué. "Sur les deux derniers matchs, on a montré qu’on dominait l’adversaire, qu’on savait jouer au football, malheureusement, l’efficacité dans les deux surfaces fait défaut. Mais en football, c’est là que se jouent les matchs."

Du coup, le bilan de 5 sur 18 est totalement insuffisant. De quoi commencer à influer sur le moral des troupes ? "Nous sommes dans une situation assez difficile. Ce n’est pas ce que nous espérions, malheureusement, les résultats ne suivent pas. Ce serait mentir de dire qu’on ne s’inquiète pas. Mais nous ne sommes qu’au début du championnat, c’est encore long. Il ne faut pas oublier qu’un championnat est un marathon et pas un sprint. Nous avons toujours la possibilité de nous remettre la tête à l’endroit. Le coach est un grand compétiteur et il fera tout remettre l’équipe sur les bons rails. Nous serions plus inquiets s’il n’y avait pas ces occasions que l’on parvient à se créer. Disons qu’on a tiré la sonnette d’alarme. Le contenu laisse entrevoir pas mal de bonnes choses pour l’avenir, si on parvient à corriger ce manque de réalisme."

Dans ce contexte, Nangis tente d’apporter ce qu’il peut à l’équipe sur son flanc. "Ça fait deux semaines que je suis assez bien en jambes, que je me sens bien dans mes crampons mais je ne suis pas décisif. Offensivement on pêche tous, dont moi. On va continuer à travailler pour concrétiser ces occasions."