Les Anversois contestaient l’unique but de la partie et le succès virtonais. Mais les joueurs virtonais, ou ce qu’il en reste en tout cas, sont toujours en chômage suite à la crise du Covid19. Ils ne se sont pas entraînés depuis quatre mois et une bonne partie du noyau a entamé un bras de fer avec la direction pour casser leur contrat. Celui de Christian Bracconi, l’entraîneur qui a terminé la saison en Gaume, est, lui arrivé à son terme en juin dernier.
 
On voit donc mal comment cette partie aurait pu avoir lieu. Rien n’avait été mis en place en Gaume pour la bonne tenue de cette partie et les joueurs virtonais n’avaient évidemment pas été testé pour le coronavirus. Obligée de reprogrammer cette partie, la fédération avait pourtant désigné des arbitres pour ce match et confirmé ce vendredi après-midi que cette partie devait avoir lieu.
 
Avant d’ordonner à l’Excelsior de se positionner officiellement puis de prendre elle-même la décision d’annuler cette rencontre, qui n’avait, de toute façon, plus beaucoup d’enjeux. Il avait en effet été décidé de ne pas demander à Proximus Tv de préparer ses camions pour la captation télévisée de ce duel. Les Virtonais espèrent toujours être réintégrés en D1B. Ils avaient rendez-vous jeudi matin devant le tribunal des référés à Bruxelles et sont attendu face à la CBAS, en vidéo-conférence, le 4 août prochain.