Tout le monde s’attendait à voir du spectacle dans ce match choc. Dans l’engagement et la volonté, ce fut le cas. Au niveau des occasions, par contre, cela fut un peu plus limité…

Bien plus consistante et maître de son sujet, l’équipe bruxelloise a fait sa loi sur son terrain. "Les gars ont été très sérieux, matures en étant très bien organisés. On a fait le match qu’il fallait, un match plein. Après un titre ce n’est jamais évident", résumait Felice Mazzù à propos de l’Union.

Si les troupes unionistes ont réalisé une rencontre presque parfaite, celles de Seraing, par contre, n’ont pas été dangereuses. Hormis sur une tête de Faye en première période et sur le penalty raté de Milicevic dans le deuxième acte. "Certains joueurs n’étaient pas à leur niveau. On ne peut pas se le permettre quand on joue contre l’Union. Ce sont des choses qui arrivent. On a simplement vu la différence entre une équipe championne et celle qui est derrière au classement avec de nombreux points de retard", racontait Emilio Ferrera, le T1 sérésien.

Les Métallos, sans Georges Mikautadze et Gérald Kilota, auraient pu réaliser un joli coup en repartant du Marien avec au moins une unité. "Leurs remplaçants ont plutôt bien joué donc on ne peut pas utiliser leur absence comme une excuse valable". Mais au final, la note était plutôt salée pour Seraing. Sur le plan comptable, personne ne peut être rassuré à trois journées de la fin. Les Sérésiens laissent l’opportunité à la concurrence de revenir dans le coup.

Les moins bonnes nouvelles concernent l’infirmerie. Emilio Ferrera perd deux joueurs cadres supplémentaires. Guillaume Dietsch (fracture du nez) et Sami Lahssaini (commotion et plusieurs contusions), qui doit encore passer des examens pour son épaule, sont out pour plusieurs semaines.

Quand la poisse s’en mêle…