Opéré des croisés l’été dernier, Ali Sanogo a vu sa progression freinée. Et sa saison largement perturbée.

Mais il est enfin de retour, après une petite rechute, crainte mais prévisible. “C’est vrai, cela m’a affecté ; j’étais un peu abattu. Mais depuis 15 jours, je pense que je suis reparti pour de bon et les douleurs ont largement disparu.”

Son explosivité et son accélération pourraient apporter aux Métallos une variante intéressante en cette période cruciale. De quoi voir “TGV Ali” se montrer déterminant ? “J’ai toujours cru en une telle saison de la part de mes équipiers. Dès lors, s’il y a bien une raison pour laquelle je me suis battu tant et plus depuis des mois, c’est afin d’essayer de me montrer décisif lors des finales pour la montée.”

S’il espérait un peu plus de temps de jeu contre le Lierse, “Monsieur Sourire” sent le soutien de son entourage. “Durant la semaine, j’ai senti la confiance du coach. De là à commencer à Lommel ? Vous savez, on ne sait jamais avec lui (rires).”

Car ce voyage à Lommel, pour boucler la boucle de cette campagne, n’a qu’une importance relative. “Le contexte est différent du premier match (3-5). L’essentiel est d’y préparer au mieux la double confrontation avec Waasland-Beveren et d’offrir du temps de jeu à certains joueurs en manque.”

Un appel du pied de l’offensif, dont l’option avait été levée, à son coach ?

Le noyau :

Dietsch, Mignon ; Godart, Swers, Nadrani, Faye, Djédjé, Boulenger, Kilota, Maydana, Sabaouni, Lahssaini, Basha, Bernier, Al Badaoui, Sanogo, Jallow, Ndiaye, Gueye.

Observations : Mouhli, Cascio et D’Onofrio ne sont pas repris. Idem pour Milicevic (course) et Pierrot (entorse). Mikautadze (ischios) s’est entraîné mais le staff préfère sans doute le ménager pour les barrages..