Loïc Lapoussin raconte ses premiers pas avec Madagascar : "C’était un pur plaisir, du bonheur même"

L'Unioniste a été récompensé de son (très) bon travail avec le club bruxellois en obtenant sa première sélection avec Madagascar.

Sébastien Ferrante
Loïc Lapoussin raconte ses premiers pas avec Madagascar : "C’était un pur plaisir, du bonheur même"
©Instagram/Loic Lapoussin

Quarante-deux minutes qui ont réalisé son rêve de gosse. Quarante-deux minutes qui ont marqué son esprit à jamais. Loïc Lapoussin a pu participer aux rencontres des phases de qualifications pour la CAN face à la Côte d’Ivoire avec Madagascar.

Un rêve d’enfant pour le Parisien d’origine qui espérait, un jour, représenter son pays au plus haut niveau. “C’était un pur plaisir, du bonheur même”, racontait le principal intéressé avec son plus beau sourire. “Quelle ferveur du peuple ! C’était impressionnant, il y avait beaucoup de monde pour nous soutenir. Cela faisait vraiment chaud au cœur de ressentir ça de la part du public. On ne pouvait même pas se déplacer avec le bus tellement les gens étaient acculés pour nous voir. On a mis du temps à rejoindre l’hôtel.” (rires)

En tant que petit nouveau au sein de la sélection des Barea, surnom de l’équipe nationale, l’ailier de l’Union Saint-Gilloise n’a pas eu de mal à s’intégrer au groupe. “C’était une superbe ambiance. C’est comme une grande famille en réalité. Je connaissais déjà pas mal de gars, donc je n’ai pas eu trop de mal à me fondre dans le moule. Cela aide d’autant plus lorsqu’on se bat pour une même cause : représenter fièrement le peuple malgache.”

Après avoir réalisé un premier rêve d’enfance, Loïc Lapoussin aimerait continuer à gravir les échelons en devenant un incontournable en sélection. “J’aimerais qu’on se qualifie pour la CAN dans un premier temps. Puis, si on peut continuer de rêver, que Madagascar se qualifie pour le Mondial 2022. Cela représenterait tellement de choses, surtout pour ce peuple. Tout le monde serait fier.”

Une ascension fulgurante

En rejoignant l’Union Saint-Gilloise, le Parisien de souche espérait passer un cap avec les Jaune et Bleu. Ses débuts plus “contrastés” sont derrière lui, le joueur de 24 ans possède désormais l’étiquette du joueur décisif. Le gars capable d’éliminer un voire deux hommes et de faire la différence par après. “Je sens que mon statut est en train de changer mais c’est surtout grâce à mes coéquipiers que cela arrive.”

L’ancien de Virton a pu se confronter à des grands noms de la planète foot : Kessié, Pépé ou Aurier. “C’était intéressant de pouvoir se comparer au top niveau. C’était de bons joueurs mais rien de fou à mes yeux pour autant.” (rires)

Il ne reste plus qu’à continuer de la sorte pour que Nicolas Dupuis, coach des Barea, le sélectionne à nouveau.

Tous les scores de la Challenger Pro League en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be