Union Saint-Gilloise Même s’ils remportent leur match sur tapis vert, les Saint-Gillois ne peuvent plus terminer en tête de la première tranche.

Vendredi, après une interruption de 30 minutes en raison de problèmes d’éclairage, l’arbitre Vermeire a mis un terme à la rencontre entre OHL et l’Union, comme le stipule le règlement. Alors que le score était toujours vierge mais que les Saint-Gillois étaient bien dans le match, ces derniers ne savaient pas quel serait le sort de cette rencontre au moment de quitter le stade.

Durant le week-end, on a appris que la commission des Litiges avait invité à comparaître les deux clubs ce mardi dans une procédure accélérée puisque le sort de cette rencontre pourrait s’avérer capital dans la course à la première tranche qui est censée se terminer vendredi avec la 14e et dernière journée de cette tranche.

Toute la question est de savoir quelle est la cause de cette panne. Si le club d’OHL est responsable, il la perdra par forfait. Dans le cas contraire, on pourrait rejouer le match. "Quand on organise un match de football, il faut faire en sorte que ça se déroule dans de bonnes conditions", lançait Karel Geraerts, le T2 de l’Union. "C’est la première fois dans ma carrière que je vis ça, c’est dommageable."

Malgré cet arrêt, l’Union gardait un espoir de remporter la première tranche vendredi soir. Espoir qui s’est envolé ce dimanche avec la victoire de Virton à Lokeren puisque quoi qu’il arrive, les Saint-Gillois termineront au mieux premier ex æquo avec les Gaumais et les Louvanistes. Mais avec une victoire de moins, ils ne pourraient plus terminer en tête.

Reste à savoir si Louvain comptera 25 points ou plus avant d’aller défier Virton vendredi dans un choc décisif pour le gain de la première tranche. Une première tranche qui se sera peut-être jouée sur tapis vert puisque Virton avait remporté par forfait administratif un match contre Roulers mi-septembre. "On peut dire que le championnat a été faussé. On ne comprend toujours pas cette affaire de Roulers."