Face à Tubize, Mamadou Diallo a renoué quelques minutes avec la compétition.

Si les têtes étaient basses lundi soir après la défaite contre Tubize, la lanterne rouge, ce ne sera peut-être que dans les semaines à venir qu’on soulignera que cette date du 23 octobre 2017 sera tout de même à marquer d’une pierre blanche. Pour quelques minutes, symboliques, Mamadou Diallo a renoué avec la compétition face à ses anciennes couleurs.

"Je ne vous cacherai pas qu’au plan personnel, cela fait du bien de humer à nouveau l’odeur de l’herbe après trois mois de non-compétition. Je ne vois pas encore le bout du tunnel. Je suis encore loin de mon meilleur niveau, mais je travaille, beaucoup, pour rattraper le temps perdu."

Rentrer dans ces circonstances particulières n’était pas idéal mais…

"C’est vrai que quand on manque de rythme, ce n’est jamais évident, mais je savais que je n’aurais pas non plus beaucoup de temps. Je continue de bosser car ce n’est pas le simple fait de s’appeler Mamadou Diallo qui me permettra de retrouver une place de titulaire dans cette équipe. Il faut retrouver un niveau appréciable car la concurrence est féroce. Je le répète, c’est à moi de bosser, même deux fois plus que les autres, pour retrouver mon niveau. Mais les matchs s’enchaînent et ils vont pouvoir m’aider à obtenir ce que je recherche actuellement : la forme."

Le visage de Mamadou Diallo se referme quand on évoque la prestation de lundi.

"Mathématiquement, nous avons réalisé une très mauvaise opération au classement en ne nous rapprochant pas de la 4e place et en voyant Tubize résorber une partie de son retard sur nous. Mais il n’y a pas non plus péril en la demeure car il reste beaucoup de matchs pour se rattraper, mais il faudra tirer les leçons de la mauvaise première période lundi pour avancer. J’ai déjà remarqué que nous avons quelque fois gaspillé un avantage acquis en ayant du mal à le gérer. Tubize a bien joué le coup et sa victoire, au final, est méritée."

Les rares supporters de Tubize présents lundi n’ont pas manqué de rappeler à Mamadou Diallo qu’il était resté dans leurs cœurs… au point même de lui demander de revenir. "J’ai appris à les connaître en deux saisons. Ce sont de belles personnes et je les remercie d’avoir scandé mon nom. Cela fait toujours plaisir évidemment."


Hamzaoui: "Il faut saisir sa chance"

Anas Hamzaoui a signé sa première titularisation contre Tubize.

Pour Anas Hamzaoui, la blessure de Kevin Kis ne pouvait pas mieux tomber. Elle a permis au back gauche de signer sa première titularisation face à ses... anciennes couleurs. "Et malgré le fait que je connaissais Dudouit et Zenke, ils m’ont posé beaucoup de problèmes, même si cela me faisait plaisir de jouer contre des potes ,reconnaissait Anas Hamzaoui. Comment je juge ma prestation ? Tout simplement en disant que je vaux beaucoup plus que ce que j’ai montré."

À sa décharge, on avancera le fait que les circontances du derby n’étaient pas favorables et que les bribes de matchs disputées jusque-là ne plaidaient pas non plus en sa faveur. "Quand on est remplaçant, on sait que l’on n’a pas trente-six chances de prouver sa valeur. De mon côté, j’étais déjà réserviste la saison dernière, je sais qu’il faut toujours se tenir prêt à tout moment. J’ai eu plusieurs jours pour préparer ma prestation. Vu le résultat aux conséquences néfastes, je ne peux pas être satisfait de moi."

Pendant les playoffs de la saison dernière, cet Anderlechtois de naissance avait été séduit par l’Union. "J’ai assisté à plusieurs matchs, et le jeu pratiqué ainsi que l’ambiance qui régnait grâce à ses formidables supporters et la discussion que j’ai eue avec Marc Grosjean m’ont convaincu de signer à l’Union. Même mon papa a fortement insisté pour que je signe ici. Dès lors, mon objectif est d’engranger un maximum de temps de jeu dans les prochaines semaines."

Kevin Kis sera-t-il déjà de retour à Louvain ?