Il est sûrement dans la situation la plus bizarre de sa vie. Teddy Teuma est, en tant que capitaine, à deux doigts de soulever le premier trophée majeur de sa carrière en cas de succès face à Molenbeek. Sauf que le Maltais le brandira vers le ciel… dans un stade vide. "Je ne sais pas comment ça va se passer, mais j’ai le pressentiment que si on gagne, je vais devoir le soulever tout seul, sans mes partenaires à cause des normes Covid (rires)." Une idée vite balayée par Alex De Meeter, monsieur communication du club, qui espère bien que cela ne se produira pas. "On est en train de voir avec la ligue ce qu’on peut faire pour que ce ne soit pas le cas et que tout le monde soit présent", précise-t-il.

Pour Teuma, ce titre sonnera comme la récompense d’un travail de longue haleine. Le natif de Toulon a connu pas mal de moments difficiles avant de devenir pro. Il était même très proche de ne jamais faire du football son métier... Sa persévérance et son caractère de vainqueur lui ont permis de gravir les échelons, petit à petit. De signer pro à Boulogne-sur-Mer, de gratter un beau transfert au Red Star avant de poser ses valises à Bruxelles et de faire partie du projet ambitieux mis en place par la direction anglaise. Cerise sur le gâteau, il a même connu, cette année, sa première aventure nationale avec Malte. "On voit le bout du tunnel dans ce projet. On a travaillé toute l’année pour ce moment-là. Comme il y a pas mal d’enjeux qui entrent en compte dans ce derby, la fête pourrait être encore plus folle en cas de succès. Il faut profiter de tout ça… à fond. Dans une carrière, il y a des hauts mais aussi des bas. Nous avons la chance cette année de ne vivre que des bons moments. Il faut juste profiter et emmagasiner cette expérience."

L'Union partira évidemment avec le statut de favorite. Mais il préfère rester prudent malgré car ce match face au RWDM sera à double tranchant. Les Molenbeekois seront survoltés pour ne pas laisser leur rival soulever le titre devant leur nez. "Même si nous avons subi une défaite contre eux en septembre dernier, je pense affirmer que l’Union n’est plus la même équipe (sourire). On a changé de dispositif, il y a eu pas mal de changements… Par contre, c’est une certitude : ils joueront le match de leur vie. Je les comprends totalement. C’est un gros derby, on est l’équipe à battre, ce serait un kiffe pour eux de se dire : "On les a empêchés d’être champions cette semaine". Ceci dit, nous avons les qualités pour remporter ce match…"