Tirlemont 0 White Star 0

TIRLEMONT: Schuermans; Hertoge, Dehaes, Smeyers, Verlaine; Longrie, Thiry, Stockx, Morhaye; Yilmaz (46e Grammet, 80e De Cooman), Geebelen.

WHITE STAR: Magits; Ndayisaba (78e Baramoto), Biot, Abdar, Serville; Boto Loki, Huet (85e Achbari), Ngoh, Issankoy, Beersaerts (85e Galeri); Pajot.

ARBITRE: M. Maquet.

AVERTISSEMENTS: Hertoge, Huet, Stockx, Beersaerts.

EXCLUSION: 2e Issankoy.

TIRLEMONT Les deux clubs n'avaient plus aucun objectif si ce n'est finir la saison par une bonne note et prendre la prime de match. Voilà deux bonnes raisons, semble-t-il, puisque les joueurs n'ont jamais lésiné sur l'engagement pour prendre la mesure de leur adversaire direct.

Une nouvelle expulsion (la troisième cette saison) de Blaise Issankoy pour coup direct dés l'entame de match semblait placer les Etoilés dans une fâcheuse posture. C'était sans compter sur la maîtrise technique des Bruxellois. En effet, Boto Loki, replacé avec succès dans l'axe défensif de l'entrejeu, était le premier à alerter le portier local (10e). Peu après Pajot, voulait aussi apporter sa fougue se défaisant de trois Sucriers pour servir idéalement Beersaerts quelque peu excentré mais qui envoya une frappe tendue de peu à côté de la lucarne. Les joueurs locaux n'ont pour ainsi dire pas été dangereux de toute la partie mise à part une frappe déviée sur le piquet et une frappe trop enlevée de Geebelen en fin de match. À la 28e, Serville réalisa sur corner de Huet un heading presque parfait qu'un défenseur local dû sortir à même la ligne.

Après la pause, les frappes des Woluwéens se sont multipliées mais la ligne de mire n'était pas bien ajustée et la chaleur rappelait constamment aux Rouge et Blanc qu'ils évoluaient à dix. Ngoh lancé par un très bon Pajot hier après-midi, se présenta seul face à Schuermans mais le retour désespéré d'un Tirlemontois a empêché le médian d'ouvrir la marque (73e). «On a eu de nombreuses occasions alors qu'on jouait à dix unités, rappelle Charly Chapelle. D'ailleurs, c'est un geste impardonnable de la part d'Issankoy. Malgré cela on a bien joué au foot et on n'a pas vu Tirlemont sauf à une minute du terme. J'ai tenté un coup de poker en faisant monter de nouvelles forces vives presque au même instant.»

© Les Sports 2005