À la recherche d’un attaquant de pointe pour remplacer Jérémy Perbet, transféré définitivement à Villarreal, et Shlomi Arbeitman, non conservé après son prêt de six mois, Mons a depuis de nombreux mois jeté son dévolu sur Benjamin Mokulu, l’attaquant belgo-congolais de 23 ans de Lokeren. Mais entre désir et réalité de nombreuses barrières ont compliqué l’arrivée du joueur dans le Hainaut.

En août 2012, l’Albert avait déjà pensé à Benjamin Mokulu pour renforcer son noyau mais le prix demandé à l’époque par le club waeslandien était aux yeux des dirigeants hennuyers "à tomber à la renverse".

Très peu utilisé par Peter Maes lors de la première partie de la saison 2012-2013, l’ancien attaquant d’Ostende fit part de son envie de changer d’air mais là encore aucun club, dont Mons, n’accepta de débourser le montant réclamé par Lokeren pour un garçon dont le contrat se terminait en juin 2014. À l’époque déjà, Benjamin Mokulu fit part de son envie de rejoindre le Tondreau où le projet sportif présenté par l’Albert lui plaisait.

Alors que le temps qui passait aurait pu jouer à l’avantage de Mons dans ce dossier, Peter Maes offrit un peu plus de temps de jeu à son attaquant en l’absence d’Harbaoui parti à la Can. Celui-ci en profita pour crever l’écran avec un triplé face à Louvain le 19 janvier. Un bien pour un mal pour Mokulu puisque le président Roger Lambrecht décréta que son joueur était intransférable.

Toujours sur la balle, Mons espérait débloquer la situation dès l’entame du mercato d’été en profitant du fait que le joueur n’avait plus qu’un an de contrat à prester et n’entrait pas vraiment dans les plans de Peter Maes. Bien sûr, jamais Mons n’aurait pu débourser les deux millions demandés par Lokeren. Là encore, les négociations se compliquèrent quand le joueur cassa unilatéralement son contrat en utilisant le Loi de 78 et en étant à deux doigts de signer à Cluj en Roumanie.

L’échec des négociations en Roumanie replaça le Bruxellois sur le marché des transferts et Malines (qui comme Mons veut la jouer réglo sans profiter du contrat rompu par Mokulu) entra dans la danse en proposant à Lokeren 500.000 euros pour son joueur.

Mis sous pression et ne pouvant compter sur d’autres pistes aussi intéressantes que celle menant à Mokulu, l’Albert aurait décidé ce week-end de s’aligner sur l’offre malinoise. Résultat des courses : les dirigeants de Lokeren et de Mons accompagnés de Mokulu et son agent se rencontreront aujourd’hui. Et si une solution n’est pas trouvée, le joueur qui commence à s’impatienter en voyant le début du championnat se profiler pourrait prendre la direction de l’étranger…