Coupe de la Ligue

Caen 1 Strasbourg 2

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE GRÉGORY DELREUX

CAEN: Plante; Seube, Ben Askar, Sorbon, Faye; Eudeline (76e Lesoimier), Zubar (85e Watier), Dugardein (89e Hébert), Deroin, Lemaître; Mazure.

STRASBOURG: Vercoutre; Lacour, Kanté, Devaux, Boka (87e Le Pen); Johansen, Farnerud, Keita, Abdessadki (71e Deroff); Pagis, Niang.

ARBITRE: M. Veissière.

LES BUTS: 40e Niang (0-1), 43e Mazure (1-1), 80e Devaux (1-2).

SAINT-DENIS Samedi soir, au Stade de France, les Caennais sont passés à deux doigts de la montre en or. Après avoir éliminé Monaco et Sochaux, les hommes de Patrick Rémy espéraient pourtant sauver leur saison en prenant la mesure de Strasbourg ce 30 avril 2005 à Saint- Denis mais le sort ou les qualités des hommes de Jacky Dugueperoux en ont décidé autrement. Malgré une prestation plus que satisfaisante, les Caennais n'ont pu empêcher les Strasbourgeois de soulever, pour la deuxième fois en dix ans, la Coupe de la Ligue.

Pourtant les choses avaient bien commencé pour les Normands qui s'étaient créé l'occasion la plus franche par Steve Dugardein mais la frappe du milieu défensif terminait sa course en sortie de but.

«Elle passe à quelques mètres de la cage de Rémy Vercoutre, regrette le Mouscronnois. Vous imaginez si j'avais inscrit ce but...»

Mais au lieu de prendre l'avantage, les Caennais subirent la loi des Alsaciens bien déterminés à remporter ce trophée synonyme de saison sauvée et surtout de participation à la Coupe de l'Uefa.

«Ils ont été plus réalistes que nous lors du dernier geste mais je pense que nous pouvons tous quitter le SdF la tête haute, assure Steve Dugardein. Nous avons tout donné pendant cette finale, nous sommes restés solidaires même lorsque nous avons été menés au score. Malheureusement, la décision est tombée dans le camp adverse et même si je ne cache pas ma déception ce soir, je pense que Strasbourg est un beau vainqueur: les Alsaciens méritent leur victoire.»

Il reste désormais quatre journées de compétition aux hommes de Patrick Rémy pour sauver leur tête en Ligue 1 mais le programme proposé aux Normands sera pour le moins ardu...

«La semaine prochaine, nous nous déplaçons à Marseille, explique Duga. Les Olympiens ont besoin de points et nous aussi, ce sera un match à haute tension. Ensuite, nous jouerons contre Istres, Toulouse et Saint-Etienne: ce sera chaud mais mathématiquement, tout est encore possible et si nous jouons ces matches avec la même mentalité que nous avons défendu nous chances aujourd'hui, nous resterons en L 1.»

C'est tout le mal que l'on peut souhaiter à nos compatriotes Grégory Dufer et Steve Dugardein pour la suite de leur première saison en France.

© Les Sports 2005