Steve Dugardein se réjouit que la mayonnaise ait pris avec les transferts

MOUSCRON Face à Charleroi, Steve Dugardein a multiplié les courses pendant un peu plus d'une mi-temps pour arracher un nombre incalculable de ballons dans les pieds carolos .

Après un séjour de cinq semaines sur le banc, voilà trois matches que Steve Dugardein prouve à Enzo Scifo que le coach mouscronnois peut encore faire appel à lui. Même si le bilan de sept points sur neuf n'est pas à mettre uniquement sur le compte du capitaine hurlu, force est de constater qu'il joue un rôle important dans le meilleur comportement de Mouscron.

Plutôt que de s'attarder sur sa situation personnelle, le dévoué joueur de l'Excel, se réjouit du bon comportement des joueurs transférés au cours du mercato hivernal.

"Si le club a choisi de faire signer ces joueurs, c'est impérativement parce qu'ils ont du talent. De plus, ils n'ont pas évolué dans des grands clubs par hasard. Avant de tourner à plein régime, il avait juste besoin d'un temps d'adaptation obligatoire. Moi-même quand je suis revenu au Canonnier après mon aventure à Caen, j'ai eu besoin d'un moment pour retrouver mes marques. Pourtant, je connaissais parfaitement l'Excelsior."

Pendant la mauvaise passe de Mouscron, les Hurlus ont pris leur mal en patience sans jamais douter de leurs capacités.

"Nous n'avons jamais paniqué sur le sujet. Durant la période où les résultats ne suivaient pas, nous avons fait le dos rond sans toutefois cesser de travailler. Le bilan de sept points sur neuf et plus particulièrement nos deux victoires face à Bruges et Charleroi témoignent du fait qu'il y a de la qualité dans le groupe."

En ce qui concerne la lutte pour le maintien, le Mouscronnois reste prudent.

"Ce week-end, le Brussels et Saint-Trond ont perdu. Du coup, nous avons fait une bonne opération dans l'optique du maintien. Ceci dit, nous ne serons sauvés que lorsque ce sera mathématiquement le cas. Il ne sert à rien de tirer des plans sur la comète. Regardez en début de saison, nous étions dans le haut du classement et maintenant, nous en sommes bien loin. C'est aussi ce qui fait la beauté du sport."



© La Dernière Heure 2008