Emile Mpenza: «Mon frère Mbo est un exemple»

Football

Frédéric de Biolley

Publié le

Emile Mpenza: <i>«Mon frère Mbo est un exemple»</i>
© Photonews
Emile Mpenza revient avec l'ambition de se relancer

SCLESSIN Le transfert d'Emile Mpenza est donc devenu officiel ce samedi en début d'après-midi. C'est, en effet, vers 13h30 que le nouvel attaquant du Standard a quitté les bureaux de Sclessin où il venait de parapher son contrat de trois ans avec les Rouches.

«Je suis très heureux de l'issue des négociations entamées cette semaine avec le Standard », avoue Emile Mpenza, acheté par les Liégeois pour 1,5 million d'euros de Schalke 04. «Les choses n'ont pas traîné. Je me rends bien compte de l'ampleur du défi qui m'attend ici. Je suis bien conscient que j'ai beaucoup à prouver aux yeux des gens. J'ai l'occasion de me relancer. Et le Standard est le club idéal pour ça.»

La carrière d'Emile Mpenza, pourtant promise au plus bel avenir, s'est en effet, brusquement enlisée dans un club qui ne voulait plus croire en ses moyens depuis ses premières altercations avec Rudi Assauer, le manager du club allemand.

«A Gelsenkirchen, j'étais très éloigné de ma famille, poursuit l'attaquant liégeois. En outre, je ne maîtrisais pas parfaitement l'allemand, ce qui ne facilitait pas mon intégration. Et le départ de Marc Wilmots n'a pas arrangé ma situation dans le club.»

Emile Mpenza revient donc dans un club qui l'avait révélé sur la scène européenne avec plein d'ambitions dans la tête. «J'avais déjà côtoyé Roberto Bisconti, Onder Turaci et Dimitri Habran lors de mon premier passage au Standard, avoue-t-il encore. Je suis aussi très heureux de retrouver Dominique D'Onofrio comme entraîneur principal. Il était encore adjoint avant que je ne parte à Schalke 04. Il s'occupait de la revalidation des joueurs. Il me connaît donc sur le bout des doigts. Je ne suis pas un adepte des entraînements à la germanique, essentiellement axé sur la résistance. J'ai surtout besoin de séances où je peux améliorer mes qualités naturelles à savoir mon explosivité et ma vitesse. J'ai aussi besoin de répéter inlassablement les mêmes phases de jeu devant le but afin que je puisse les reproduire dans la réalité des matches. J'ai été plus souvent blessé à Schalke 04 qu'au Standard car le style des entraînements ne me convenait pas.»

Car la grande inconnue concerne, bien évidemment, le réel état de forme d'Emile Mpenza. L'ancien attaquant de Schalke 04 a régulièrement traversé des périodes de galère en la matière. Ecarté ces dernières semaines en Allemagne après un énième retour de blessure, le cadet des frères Mpenza se veut rassurant. «Physiquement, je suis au point depuis une quinzaine de jours, révèle-t-il. Etrangement, on ne voulait plus me donner une chance à Schalke 04. Je n'ai pas compris les raisons de cette mise à l'écart. J'ai épousé une Liégeoise (NdlR: la ravissante Nathalie Kratzborn) et cela va beaucoup m'aider dans ma tâche. Psychologiquement, je ne pouvais rêver mieux que ce retour dans une Cité ardente dans laquelle je me suis toujours bien intégré. Et les pépins physiques deviennent beaucoup plus rares quand on est bien dans sa tête.»

Gageons donc que le nouvel attaquant du Standard trouve suffisamment de ressources morales pour enjouer le public de Sclessin. «Mon frère Mbo doit me servir d'exemple, ajoute Emile Mpenza. Lorsqu'il est revenu de Turquie pour signer à Mouscron, tout le monde avait affirmé qu'il avait effectué un pas en arrière. Il a pourtant démontré qu'il s'était bien relancé sur le plan international puisque l'entraîneur national fait régulièrement appel à lui.»

© Les Sports 2003

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info