CAN 2008 Les Pharaons n'ont besoin que d'un nul pour se qualifier. Le Cameroun devrait se défaire du Soudan


Suivez l'actualité de la CAN 2008


TAMALE Solidement installé en tête du groupe C, le tenant du titre égyptien peut se contenter d'un nul face à la Zambie pour obtenir son billet pour les quarts de finale de la CAN 2008 que le Cameroun peut également envisager d'atteindre avec une rencontre a priori à sa portée contre le Soudan, mercredi.

La tâche ne semble pas démesurée pour des Pharaons qui ont jusqu'ici réalisé un sans-faute avec deux victoires en autant de matches. Le Cameroun, première victime (4-2), a expérimenté avant les autres un cocktail égyptien qui allie un jeu collectif bien huilé à de brillantes individualités.

Si l'Egypte a ensuite assuré le minimum face au Soudan (3-0), son sélectionneur Hassan Shehata en a profité pour donner du temps de jeu à son talentueux milieu de terrain Abou Treika, arrivé diminué après une année 2007 harassante avec son club. Avec un doublé en un peu plus d'une demi-heure de présence sur la pelouse, le joueur d'Al-Ahly, adulé dans son pays, a sans doute pris date pour la suite du tournoi.

Eto'o devant Pokou ?

Après avoir brillé contre le Soudan (3-0), la Zambie et sa défense passoire sont, elles, retombées lourdement sur terre et ne semblent pas avoir réellement les moyens de barrer la route aux champions d'Afrique. Seuls les deux frères Katongo, Félix et surtout Christopher, sont en mesure d'inquièter quelque peu l'arrière-garde égyptienne.

Encore faut-il que les arrières zambiens aient retrouvé leurs esprits après avoir accumulé les erreurs grossières et offert un succès aisé aux Camerounais (5-1).

Les Lions Indomptables ont ainsi sorti la tête de l'eau après avoir plongé d'entrée. Avec un milieu renforcé (Mbami, A. Song, Geremi) et un Achille Emana transformé en meneur de jeu, le jeu camerounais a retrouvé son efficacité perdue et permis de soulager Samuel Eto'o, jusqu'ici unique danger de sa sélection.

Le joueur du FC Barcelone, qui a égalé le record mythique de l'Ivoirien Laurent Pokou (14 buts inscrits dans des Coupes d'Afrique) avec trois réalisations dans le tournoi (dont deux penalties), pourrait entrer pour de bon dans la légende de la CAN en martyrisant une défense soudanaise qui a déjà encaissé six buts en deux matches.

A moins que Job, revenu en grâce chez les Lions et auteur d'un doublé face à la Zambie, ne lui vole la vedette.