À trois jours du départ de l’Albert en stage à Mierlo aux Pays-bas, Enzo Scifo a tenu, hier, à confier son envie de voir son noyau s’enrichir le plus rapidement possible de trois nouveaux joueurs (un arrière droit suite à la blessure de Marvin Esor qui a rendu son transfert caduc, un flanc gauche et un attaquant). Le tout, sans ruer dans les brancards ni critiquer le travail de sa direction.

"Oui, je suis un peu inquiet", lança l’ancien Diable Rouge. "Ce qui est logique dans ma position d’entraîneur. Celui qui ne le serait pas, c’est qu’il s’en fout. On a un projet en tête (NdlR : évoluer en 4-4-2), mais, pour le moment, il y a un manque d’équilibre dans mon noyau. On l’a déjà remarqué lors des deux premiers matches de préparation. N’oublions pas que par rapport au même moment la saison dernière, nous avons perdu sept joueurs qui pouvaient, tous, prester entre 15 et 20 matches en championnat. J’ai confiance en ma direction car je sais qu’elle fait du bon boulot. Je constate juste une situation et cela me dérange de ne pas y voir plus clair. Je ne vais pas attendre le premier match du championnat pour en parler. Pour être au top, un joueur doit faire une bonne préparation."

Et c’est pour protéger ses joueurs qu’Enzo Scifo a demandé à sa direction de ne pas remplacer le match annulé du 10 juillet face au Sporting Charleroi.

"Je n’ai pas un effectif assez large pour le faire tourner convenablement lors des matches amicaux. C’est néfaste pour la récupération de mes hommes. Certains éléments ont dû jouer plus que prévu lors des rencontres face à Tubize et à Alost. Je pouvais faire des changements, mais ce n’est pas sérieux et constructif de faire jouer, par exemple, un milieu en défense ou un back droit en attaque. C’est pour cela que la partie annulée contre Charleroi ne me dérange pas. La préparation sert à se poser les bonnes questions et résoudre les problèmes. C’est pour cela que je préfère défier des clubs de D2 et de D1 et non pas des P1 ou P2. Cela n’apporte rien d’écraser une formation de provinciale."

En période de préparation, les entraîneurs tirent parfois bien plus d’enseignements d’une défaite que d’une victoire.

"On ne doit pas penser qu’on va réussir une belle saison car on a terminé septième la saison dernière", termine Enzo Scifo. "Ce serait un très grand danger."

Le mentor de l’Albert est conscient que son groupe actuel est compétitif et pourrait très bien entamer la saison comme cela, mais Enzo Scifo est un compétiteur né qui veut mettre toutes les chances de réussir une bonne saison de son côté…