Etrangers: deux fois plus de rouges

Football

Yves Taildeman

Publié le

53 rouges contre 24. Les arbitres s'étonnent : "Si on nous soupçonne d'être racistes, ça devient grave"

BRUXELLES Dans le journal d'hier, le sociologue belge Johan Rosiers concluait que les joueurs étrangers de notre championnat n'apportaient pas de plus-value au football belge. Leurs minutes de jeu, leurs buts et leurs cotes ne dépassaient pas ceux des Belges. Au niveau des cartes jaunes, on aperçoit la même chose : 503 pour les Belges en 2005-2006, 519 pour les étrangers. 16 cartons jaunes de plus, alors qu'il y a un tout petit peu plus d'étrangers que de Belges dans notre championnat : c'est logique.

Son analyse concernant les exclusions apparaît bien plus choquante. En effet, des 77 cartes rouges brandies en 2005-2006, 53 l'étaient à des étrangers (dont la moitié pour des Africains), et seulement 24 à des Belges. Soit plus que le double ! Même constat quand on regarde les récidivistes : quatre Belges ont reçu deux fois une rouge, pour huit étrangers. Igor Lolo (GB) a même reçu trois rouges la saison passée.

De Bleeckere : "C'est un réflexe : on n'a pas le temps de réfléchir"

Nos arbitres ont-ils des préjugés envers les étrangers ? Ou est-ce que nos étrangers sont plus irréfléchis, plus imprudents ou tout simplement plus agressifs ?

Frank De Bleeckere, notre numéro 1 qui ne souhaite toujours pas parler des phases litigieuses du dernier Standard - Anderlecht, est l'arbitre qui a donné le plus de cartes rouges, la saison passée, à savoir huit. Cette saison, le n°1 est Luc Wouters, avec six exclusions.

"Le résultat de cette analyse me surprend, dit De Bleeckere. On brandit une carte rouge par réflexe, une fraction de seconde après une phase. On ne regarde pas qui est l'auteur de cet acte. Je n'ai pas le temps de réfléchir : est-ce un étranger ou un Belge ? J'ose dire que j'ai toujours pris mes décisions en âme et confiance. J'ignorais même que j'étais l'arbitre à avoir brandi le plus de cartes rouges."

Javaux : "Un problème de culture et d'éducation"

Robert Jeurissen, vice-président et porte-parole de la Commission des arbitres, tombe des nues quand il apprend ces chiffres. "Personne ne les connaissait auparavant, et on n'avait jamais évoqué ce sujet. Je crois que les arbitres seront très surpris. Je ne vais pas faire de déclarations concernant la formation ou l'éducation des joueurs étrangers. Est-ce qu'ils perdent les pédales après avoir écopé d'une jaune ? Je l'ignore. Le plus important est que les arbitres ne tiennent pas compte de la nationalité des joueurs en sortant une rouge. Et ça, j'en suis convaincu."

L'ex-arbitre Marcel Javaux (de 1996 à 2001), qui a toujours un avis prononcé sur n'importe quel sujet, ajoute : "Est-ce que les sociologues n'ont rien d'autre à faire que d'analyser cela ? Il n'y a plus de respect pour rien dans cette société. Si on soupçonne les arbitres d'être raciste, cela devient grave. Pour moi, il y a un problème de culture et d'éducation. Les étrangers sont moins disciplinés que nos jeunes Belges, et ils n'acceptent pas les remarques. Un problème de langue ? Non, les Africains parlent quasiment tous le français. Une autre explication est qu'ils ont moins de chances de réussir dans notre société, et qu'ils doivent donc s'imposer obligatoirement. Sinon, ils deviennent des clandestins ou ils doivent retourner dans leur pays."



© La Dernière Heure 2006

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info