L’époque où la République tchèque brillait à travers les prestations d’artistes comme Tomas Rosicky, Pavel Nedved et Pavel Poborsky ou celle de machine à buts comme Jan Koller est révolue. Aujourd’hui, l’homme fort de la sélection affiche un profil totalement différent. Contrairement à ses prédécesseurs, Tomas Soucek s’illustre moins avec le ballon au pied. Mais plutôt grâce à son physique monstrueux, à son efficacité et à sa quasi-invincibilité aérienne. Des qualités qui forcent même une comparaison flatteuse à… Marouane Fellaini.

Le fait que Soucek excelle à West Ham sous les ordres d’un certain David Moyes - qui a eu Big Fella sous ses ordres à Everton et Manchester United - n’est donc pas le fruit du hasard. "Avec lui, David a trouvé son nouveau Fellaini", s’est efforcé de remarquer José Mourinho.

Des paroles qui prennent des allures de compliments quand ils sortent de la bouche du Special One, lui aussi un fervent admirateur du milieu belge. "Ces mots sont très positifs parce que je sais quel genre de joueur il est", a d’ailleurs admis Soucek au sujet de cette comparaison.

Le milieu box-to-box a été une pièce maîtresse dans le système des Hammers. Associé à Declan Rice (qu’il affrontera probablement lors de la phase de groupes), il fait des ravages en Premier League. Cette montée en puissance en club coïncide naturellement avec celle qu’il connaît actuellement en équipe nationale. Où il est devenu la star sous les ordres du sélectionneur Jaroslav Silhavy.

Pourtant cette réalité était totalement illusoire il y a peine cinq ans. Tous les coachs qui l’ont eu sous leurs ailes en équipes de jeunes doivent certainement se frotter les yeux. "Il n’avait pas un bon jeu de passes et il n’était pas très élégant dans ses courses", a expliqué à la BBC Dusan Uhrin, l’entraîneur qui a supervisé l’éclosion (tardive) de Soucek au Slavia Prague. "Ce sont probablement les raisons pour lesquelles les coachs n’en voulaient pas."

En raison de ses limites techniques et son sérieux manque de vitesse, certains de ses entraîneurs voulaient le convertir en un défenseur central… Une proposition que le principal intéressé refusait catégoriquement parce qu’il voulait évoluer à la même position que ces deux plus grands modèles : Yaya Touré et Cesc Fabregas.

Trop court pour la D2 tchèque…

Non désiré par le staff du Slavia en 2015, le milieu a passé deux tests en D2 tchèque. Mais tant les modestes clubs de Vlasim que Frydek-Mistek n’étaient pas impressionnés. Alors qu’il appartenait toujours au Slavia, il est alors prêté à un autre club de D2, au Viktoria Zizkov, pendant quatre mois. À son retour, la situation financière lui permet d’avoir quelques opportunités au Slavia. "Nous n’avions pas d’argent pour recruter", a détaillé Uhrin. "Je n’étais pas convaincu qu’il puisse tenir le coup. Mais il a commencé à marquer alors qu’il jouait milieu défensif. Après quelques mois j’ai dit à son agent qu’il serait peut-être assez bon pour la Bundesliga vu son activité, sa solidité et son courage. Il m’a dit que j’étais fou."

Suite au limogeage de l’entraîneur et au rachat du Slavia, Soucek repart pour un tour en prêt du côté du Slovan Liberec où il retrouve le même entraîneur qu’au Viktoria Zizkov, Jindrich Trpisovsky. Les hommes prennent ensuite la direction du Slavia ensemble et Trpisovsky décide de bâtir l’équipe autour de son homme de confiance car "il a un ordinateur dans son cerveau". À partir de là, Soucek ne fait que monter en puissance propulsant son club en Ligue des champions et devenant un irremplaçable en équipe nationale. Si ses prestations en C1 n’avaient pas encore suffi, celle lors de la précieuse victoire avec la République tchèque face à l’Angleterre en qualifications pour l’Euro finit par convaincre West Ham de l’attirer dans ses filets en janvier 2020.

Avec les Hammers et David Moyes, il devient rapidement un des chouchous des supporters. Vu le nombre de buts qu’il empile depuis l’entrejeu, mais surtout vu son courage, sa passion et ses efforts sans limite. "C’est un peu un joueur de l’ancienne école d’une certaine manière, mais son attitude et son engagement pour le club sont irréprochables."

Plusieurs bruits de couloirs l’envoient déjà dans de grosses écuries. "Il ne fait que progresser constamment, alors pourquoi pas ?" confie Uhrin. "Qui marque autant depuis la position qu’il occupe ? Je ne pense pas qu’il ira au Bayern, mais plutôt qu’il restera en Angleterre."

Et s’il parvient à créer la surprise face aux Three Lions dans ce groupe ?

West Ham (Ang)

Milieu, 26 ans

33 sélections, 7 buts