Les photos du sélectionneur anglais Gareth Southgate consolant Bukayo Saka pour son tir au but manqué en finale de l'Euro dominaient les Unes des journaux britanniques lundi. "La malédiction des penalties prive l'Angleterre de son rêve", écrit le Times, soulignant le faible taux de réussite de la sélection nationale lors des séances de tirs au but dans un tournoi majeur.

"Cela va faire mal", prédit le Daily Telegraph, à propos de l'humeur du pays après la séance fatidique des tirs au but ayant sacré l'Italie.

"Si près", se lamente en titre le Guardian. Dans ses colonnes, le quotidien revient plus en détail sur la rencontre. "Cela n'a pas suffi pour Southgate. Il n'y a pas d'excuse. La dure réalité est que l'Angleterre a été trop prudente, trop lente à apporter des changements et trop disposée à s'asseoir sur sa mince avance". Avant de conclure: "L'Angleterre n'a pas pu échapper à son passé. Ils seront de retour, prétendants à la Coupe du monde l'année prochaine, mais Southgate se demandera toujours s'il aurait pu être plus audacieux".

De son côté le Sun, toujours prompt à encenser l'équipe nationale, titre en Une "Fier des Lions", encore avec une photo de Southgate consolant le jeune Saka. "L'Angleterre a encore perdu aux pénos, mais n'oubliez pas les gars, la Coupe du monde est dans UNE ANNEE seulement", poursuit le tabloïd, résolument optimiste malgré tout tandis que le journal gratuit Metro écrit que "les lions nous ont rendus fiers".

Battue aux tirs au but par l'Italie (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.), l'Angleterre a échoué, dimanche à Wembley, à remporter son premier titre dans un tournoi majeur depuis son sacre lors du Mondial-1966.

La presse italienne savoure

Du coté de la Botte, on tirait forcément beaucoup moins la grimace. "La conquête d'une grande équipe", analyse le Corriere dello Sport, qui remercie tous les joueurs pour ce qu'ils ont fait durant ce tournoi. "Merci aux garçons, les insolites comme Di Lorenzo et Emerson, les épuisés comme Barella et Verratti. Ceux qui nous ont sauvés plusieurs fois et ceux qui ont toujours été là comme Bonucci et Chiellini , notre âme". Sans oublier d'évoquer l'inspiration d'Insigne et en pardonnant l'erreur inutile de Jorginho (ndlr: qui a loupé son penalty).


De son côté, la Gazzetta dello Sport opte pour un "Trop bon. L'Italie est reine d'Europe". "Elle a gagné avec mérite, réussissant à revenir dans un match qui semblait perdu. Wembley se tait après avoir sifflé, hurlé et crié. C'est la victoire d'un groupe, c'est la victoire de Mancini qui a su le créer et le guider là où personne ne les voyait arriver en si peu de temps. Il y a deux ans, nous regardions en spectateurs la France remporter le championnat du monde. Maintenant, ce sont Mbappé et Pogba qui nous regardent soulever la Coupe", savoure le journal italien. 


En Espagne, Marca compare la défaite anglaise aux grandes débâcles de l'histoire, choisissant le titre: "Wembleyazo". AS se contente d'un "Bravissima" en une de son journal.

Leurs voisins portugais, via le quotidien A Bola, ont quant à eux qualifié les Italiens de "Nouveaux empereurs".


En France, L'Equipe opte pour "Invincibles", rappelant également en vitrine de son journal que les Italiens n'ont pas connu la défaite depuis 34 matches.