Il y aura 60.000 personnes à Wembley pour les demi-finales et la finale de l'Euro. Et Saint-Pétersbourg accueillera ce vendredi le quart de finale entre l'Espagne et la Suisse, alors que l'épidémie flambe en Russie. Autant dire que les stades de l'Euro sont des bombes sanitaires à retardement, à l'heure où le variant Delta gagne du terrain dans toute l'Europe. Ce n'est pas le premier à crier au scandale (Yves Van Laethem et Erika Vlieghe l'ont aussi fait), mais Frank Ulrich Montgomery est tout aussi indigné que ses confrères.

L'expert s'est exprimé dans les colonnes de L'Equipe. Il craint que la situation devienne à nouveau hors de contrôle sur le continent. "Remplir des stades dans un pays à hauts risques est la meilleure façon de disséminer le virus dans toute l'Europe", s'inquiète-t-il. "C'est d'autant plus irresponsable qu'on sait très bien qu'avant et après les matches, les fans vont boire des bières ensemble et sont au contact les uns des autres. Or on n'a pas encore remporté le combat contre la pandémie. C'est pour ça que je trouve tout aussi irresponsable de jouer des matches devant 45 000 ou 60 000 spectateurs en Angleterre... Ce n'est pas possible !"

Selon lui, la seule solution est de faire jouer les derniers matches à huis clos. Mais il ne se fait guère d'illusion, cela n'arrivera pas. "Non en effet, car les dirigeants de l'UEFA sont irresponsables et veulent faire de l'argent. Pour eux, l'intérêt économique est supérieur à la santé des spectateurs."