La France championne du monde, éliminée lundi dès les huitièmes de finale de l'Euro, aura besoin de "temps" pour "digérer" cet échec, a estimé le sélectionneur Didier Deschamps, reconnaissant que la défaite face aux Suisses (3-3 a.p., 5-4 t.a.b.) faisait "mal".

"Aujourd'hui on est du mauvais côté, il faut l'accepter même si ça fait mal. Il faudra le temps de digérer mais c'est sans doute qu'on ne méritait pas plus. C'est le foot, ça reste du foot quand même", a-t-il lancé au micro de TF1 après le match, déplorant un revers "cruel".

Kylian Mbappé s'excuse

Kylian Mbappé a reconnu lundi qu'il était "très difficile de tourner la page" après son tir au but raté qui a scellé l'élimination de l'équipe de France contre la Suisse en huitièmes de finale de l'Euro, malgré le soutien de Didier Deschamps et de Pelé.

"Très difficile de tourner la page. La tristesse est immense après cette élimination", a écrit Mbappé sur ses réseaux sociaux.

"Je suis désolé pour ce penalty. J'ai voulu aider l'équipe mais j'ai échoué. Trouver le sommeil sera difficile mais c'est malheureusement les aléas de ce sport que j'aime tant", a ajouté l'attaquant du Paris SG.

Révélation du Mondial-2018, mais en deçà de son niveau pendant cet Euro où il n'a pas trouvé le chemin des filets, l'attaquant du Paris SG "a toutes les qualités pour avoir des jours meilleurs", a réagi, après la rencontre, le sélectionneur français Didier Deschamps.

Mbappé "est profondément triste, comme l'ensemble des joueurs. Personne ne peut lui en vouloir, à partir du moment où il prend la responsabilité, ça peut arriver, donc évidemment qu'il est très marqué", a également déclaré Deschamps au micro de TF1.

La légende brésilienne Pelé, qui avait chaleureusement félicité le Français après le sacre mondial de 2018, lui a également délivré un message de réconfort. "Garde la tête haute, Kylian ! Demain est le premier jour d'un nouveau voyage", a-t-il écrit sur Twitter.


"On a manqué de tout", regrette Raphaël Varane

La France s'est compliquée la tâche en première période, conclue 0-1 pour les Suisses. "Oui, on en a parlé dans le vestiaire", a confié Varane. "Il y avait beaucoup de frustration par rapport à ce qu'on voulait faire et ce qu'on était en train de faire. Il y a eu du positif en deuxième mi-temps mais ça n'a pas suffi. Les tirs au but, c'est la loterie. On aurait même pu marquer en prolongation, on a eu les occasions. On a un bon groupe, il y a une bonne mentalité. On va analyser, garder la tête haute. Il faut garder la tête à nos prochains objectifs. Malheureusement l'Euro s'arrête pour nous. A chaud, c'est compliqué, c'est un moment difficile."

"C'est douloureux", a ajouté au micro de TF1 le gardien et capitaine Hugo Lloris. "Encore plus après une séance de tirs au but où ça devient de la loterie. Le regret qu'on peut avoir c'est qu'en menant 3-1, ces dernières années, on a été capable de fermer la boutique. Ce 3-2 a relancé les Suisses. Et ce but à la dernière minute du temps réglementaire nous fait très mal. Après à ce moment du match, tout est possible sur une demi-heure. On ne peut pas nous reprocher le manque de générosité parce qu'on est allé au bout du bout. En face il y avait du répondant, de l'adversité. Le seul regret qu'on peut avoir, c'est qu'à 3-1, on doit certainement mieux gérer le match."

"On ne va pas chercher d'excuses quand on rentre sur le terrain, on y va avec le mental, le physique", a poursuivi Lloris interrogé sur le manque de fraicheur physique des Bleus. "On essaie de tout mettre en œuvre pour réussir. On ne peut pas parler de match raté. Comme on est l'équipe de France, champions du monde en titre, se faire éliminer en huitièmes de finale, ce n'est pas bon comme résultat. Tout le monde attendait plus, nous les premiers. Il faudra digérer cette déception. En deuxième mi-temps, on est revenus avec de très bonnes intentions, on a renversé le match. Ces deux buts dans le dernier quart d'heure nous font très mal. Même si malgré ça, en prolongation, on fait des bonnes choses et on a des situations. On est passés par tous les états. Ca fait partie du jeu, c'est le football. C'est pour ça qu'on l'aime. Quand ça ne se passe pas, ça fait mal."