Alors que l'hymne hongrois se faisait entendre dans l'Allianz Arena de Munich ce mercredi soir, avant le coup d'envoi du match de poules entre l'Allemagne et la Hongrie, un activiste s'est introduit sur la pelouse. Muni d'un drapeau arc-en-ciel, les couleurs de la communauté LGBTQ+, il s'est approché des joueurs de l'équipe hongroise en agitant le tissu, sous les acclamations du public allemand. Il a rapidement été plaqué au sol par les agents de sécurité, et sorti du terrain.


Son geste n'a rien d'étonnant au vu du contexte politico-sportif sensible. D'une part la Hongrie du Premier ministre Viktor Orban fait l'objet de nombreuses critiques suite à l'adoption d'une législation jugée homophobe (visant à interdire la "promotion" - publicité, films, etc - de l’homosexualité auprès des mineurs). La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen l'a qualifiée dans la journée de "honte".

D'autre part, l'UEFA, organisatrice de l'Euro, a provoqué un tollé en Allemagne et en Europe en refusant que le stade de Munich, où se déroule la rencontre de l'Euro, soit illuminé aux couleurs arc-en-ciel. Une initiative voulue par la municipalité munichoise pour protester contre le texte de loi hongrois. L'UEFA a invoqué son obligation de neutralité politique.