La réception de la Turquie par la France ce lundi au Stade de France s’annonce chaude.

Sur le terrain où les deux équipes peuvent se qualifier, les Bleus s’étant inclinés à l’aller (2-0) mais surtout en dehors. Les relations diplomatiques entre les deux pays ont connu un coup de froid après l’intervention militaire turque en Syrie condamnée par le président Macron. Et les autorités françaises s’attendent à une présence massive de supporters adverses qui pourrait atteindre jusqu’à 30 000 personnes alors que la Marseillaise avait été sifflée à l’aller. De quoi légitimer le classement à haut risque de cette rencontre par les autorités françaises.

"Les problèmes géopolitiques, ils sont là. Que cela ait des conséquences? Forcément, sur l'environnement du match. Mais on ne va pas penser à cela", a expliqué le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps.

Les joueurs de la Turquie ont montré leur soutien au président Erdogan en début de match face à l'Albanie. Cela a fait réagir Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI (Union des démocrates et Indépendants) qui souhaite que le match n'aie pas lieu "On ne peut décemment accueillir demain au Stade de France ceux qui saluent le massacre de nos alliés kurdes !", a-t-il tweeté ce dimanche soir M. Lagarde.


Dans une interview accordée au Parisien, Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football a expliqué la musique de la Marseillaise sera très forte afin que l'on n'entende pas les sifflets. 

Jordan Bardella, eurodéputé Rassemblement national,  affirme quant à lui que "le football ne doit pas servir la propagande d'Erdogan", lui qui trouve aussi qu'il est "Impensable que des joueurs turcs fassent le salut militaire sur notre sol, ou que la Marseillaise soit encore sifflée ce soir."

D'ailleurs, ce lundi matin, on se demande si la rencontre entre la France et la Turquie ne doit pas être annulée. Le hashtag #AnnulationMatchFranceTurquie est d'ailleurs vite devenu l'un des plus populaires sur Twitter.

L'ambiance sera très chaude et le climat de la rencontre très hostile. L'intégralité des 3.800 places destinées aux supporters turcs a été vendue. Le ministre turc de la Jeunesse et des Sports ainsi que l'ambassadeur seront présents en tribune officielle. Le ministre français des Affaires étrangères n'a pas encore confirmé sa présence à Saint-Denis.