Le scénario rédouté est arrivé pour les Belges : la Pologne n'a pas gagné et l'Espagne a écrasé la Slovaquie. Ce qui veut dire que les Diables affronteront plus que probablement le 3e du groupe de la mort.

Suède - Pologne : Renversant

Les Suèdois ont cru se mettre à l'abri rapidement. Dès la deuxième minute, Forsberg a ouvert le score après un une-deux avec Isak. Le 5-3-2 polonais se troquait en 3-5-2 et les pistons, Zielinski et Jozwiak, devaient arpenter leur flanc quitte à laisser des espaces. Le danger venait des services de Zielinski mais cela ne suffisait pas. Le milieu de terrain napolitain décidait alors de tenter sa chance mais il trouvait la main, collé au long du corps de Isak, et la superbe main enroulée d'Olsen.

Les Blanc et Rouge continuaient d'assiéger la défense suédois et les partenaires de Danielson misaient sur les transitions offensives rapides. Cela payait avant l'heure de jeu grâce à un doublé de Forsberg, superbement servi après un travail de Kulusevski (58e). Les hommes d'Andersson pensaient avoir fait le plus dur et cela a constitué le tournant du match. En laissant plus de libertés, Lewandowski a réduit le score d'une superbe frappe enroulée trois minutes plus tard. Les Bleus et Jaunes reculaient. Swiderski pensaient égaliser mais l'avant-centre se trouvait en position illicite. Première avec ce succès, la Suède faisait entrer un profil de pivot comme Berg au détriment de la créativité symbolisée par Isak.

Cette prudence ne suffisait pas. Lewandowski égalisait après un centre de Frankowski (84e). Les Polonais poussaient sous la menace de l'élimination. A la dernière seconde, Claessons en profitait pour offrir le but de la victoire. De quoi offrir à son pays la première place in-extremis.Le joueurForsberg : Plein de maîtriseAvec son doublé, il a prouvé toute son adresse technique. Au-delà de ses buts, l'ailier a été précieux dans l'animation offensive. Le joueur du Red Bull Leipzig a su manier les temps forts en accélérant et les temps faibles en assurant le tempo. Une prestation de grande classe.Le chiffre : 2En marquant à la deuxième minute, Forsberg est devenu le deuxième plus rapide buteur de l'Euro. Il repousse d'une position, Yussuf Poulsen, qui avait inscrit une réalisation contre la Belgique jeudi dernier après 99 secondes.

Espagne - Slovaquie : la Roja déroule et se rassure

Le match: La Slovaquie n'a pas fait le poids

La donne était simple pour l'Espagne: gagner ou partager en espérant que la Pologne ne s'impose pas, ou rentrer (rester, puisqu'elle jouait à domicile) à la maison. Luis Enrique décidait d'opérer quatre changements dans son 11 de base pour réveiller cette Roja qui pouvait enfin compter sur son capitaine, Sergio Busquets. Ce dernier a donné l'impulsion à plusieurs au cours de cette première période largement dominée, une nouvelle fois, par l'Espagne. Mais comme souvent, les Espagnols jouaient à se faire peur en loupant de grosses occasions, Alvaro Morata en tête. L'attaquant de la Juventus manquait la conversion d'un penalty avant de buter sur Dubravka d'une frappe lointaine. Mais le travail espagnol finissait par payer avec ce but rocambolesque de Dubravka contre son camp avant la première réalisation de la carrière internationale d'Aymeric Laporte dans les arrêts de jeu de la première période.

La Slovaquie, elle, aura été parfaitement inoffensive et ce n'est pas le second acte qui aura changé les choses avec trois nouveaux buts concédés. Les coéquipiers de Marek Hamsik, pour qui c'était peut-être le dernier grand tournoi de sa carrière, sont logiquement éliminés avec trois points et un average négatif de -5, les Slovaques n'ont aucune chance de figurer parmi les meilleurs troisièmes. Les Espagnols, eux, affronteront la Croatie en huitième de finale à Copenhague lundi soir (18h).

L'homme du match: Pablo Sarabia

Avec seulement 34% de temps de jeu au PSG, Pablo Sarabia ne pouvait pas véritablement compter sur les deux premiers matchs de cet Euro pour faire décoller ses stats puisqu'il n'avait disputé que 24 minutes face à la Suède et 22 contre la Pologne. Ce mercredi, il recevait sa chance de la part de Luis Enrique et le moins que l'on puisse dire, c'est que le joueur de 29 ans lui a rendu au centuple. En plus d'avoir inscrit le second but de sa carrière internationale pour son septième match en sélection, le médian offensif aura eu une grosse production sur son flanc droit désorganisant totalement la défense slovaque comme le prouve, encore un peu plus, son assist pour Ferran Torres.

Le chiffre: 3

Pourtant l'homme du début de match avec un penalty de Morata dévié et un autre arrêt cinq étoiles sur une frappe lointaine de ce même Morata, le portier Slovaque, Martin Dubravka a eu un moment d'absence avec ce but invraisemblable inscrit contre son camp. Le gardien de Newcastle est devenu le troisième dernier rempart à marquer contre son camp dans cet Euro après le Polonais Szczęsny face à la Slovaquie et le Finlandais Hrádecký contre les Diables. De son côté, Aymeric Laporte a inscrit son tout premier but pour l'Espagne. Le Français, naturalisé avant la compétition, disputait son quatrième march pour la Roja.

Revivez les deux dernières rencontres du Groupe E :