La voilà la vraie revanche anglaise. Trois ans après la désillusion en demi-finale du Mondial 2018 perdu au bout des prolongations (2-1), l'Angleterre a cette fois-ci dominé la Croatie (1-0) en ouverture du groupe D, dans son stade de Wembley.

Le match : maîtrise anglaise

On pouvait s'attendre à une partie assez ouverte entre une équipe anglaise très joueuse et des Croates qui n'ont pas dans leur ADN d'accepter la domination adverse. Même si le marquoir n'a bougé qu'une seule fois, on n'a pas été déçu par le rythme d'une rencontre très pauvre en temps morts. Mais avec tout de même une nette domination pour l'équipe de Gareth Southgate qui s'est montré dangereuse dès l'entame de match via une frappe de Foden sur le poteau (6e) puis une puissante reprise de Phillips (9e).

En alignant Sterling et Foden aux côtés de Kane, le sélectionneur anglais a misé sur la percussion et la vitesse des des deux ailiers de Manchester City. Les arrières latéraux croates ont énormement souffert mais c'est finalement sur une phase plein axe, pleine de verticalité, que les Anglais ont débloqué la situation en deuxième période. Une première passe lumineuse de Walker vers Phillips puis, deux dribbles et une autre ouverture géniale de ce dernier pour servir Sterling qui a ensuite ajusté Livakovic (57e : 1-0). Il s'agit du premier but dans un grand tournoi pour l'attaquant citizen qui était déjà présent à l'Euro 2016 mais aussi aux Coupes du monde 2014 et 2018.

Pourtant, les Croates étaient revenus des vestiaires avec davantage d'intensité et d'audace qu'en première mi-temps. Le capitaine Luka Modric s'est d'ailleurs mis en évidence d'un envoi lointain, repoussé par Pickford (55e). Cette frappe aura toutefois été la seule et unique cadrée par les hommes de Zlatko Dalic, incapables de prendre le meilleur sur les Anglais durant la dernière demi-heure.

Ce sont même les Three Lions qui se sont montrés les plus dangereux après leur but d'ouverture, notamment via Kane (61e), étonnement assez discret, puis un coup-franc de Mount (67e). Les Walker, Mings et Stones se sont alors chargés de tenir la barraque pour permettre à l'Angleterre d'enfin mettre fin à la malédiction des matchs d'ouverture. Après cinq partages et quatre défaites, les Anglais remportent enfin leur premier match d'un Euro.

Le joueur : Kalvin Phillips

© AFP
 

Impressionnant. Le milieu défensif de Leeds United a crevé l'écran dans cette rencontre. D'abord en dominant défensivement l'entre-jeu croate pourtant fondé avec Modric, Kovacic et Brozovic. Puis avec sa faculté à se projeter vers l'avant pour casser les lignes. Comme sur l'unique but de la partie lorsqu'il reçoit le ballon de Walker pour effacer la défense anglaise puis servir Sterling sur un plateau.

Le chiffre : 87 jours

En montant au jeu à la 82e minute, l'Anglais Jude Bellingham est devenu à 17 ans et 349 jours le plus jeune joueur de l'histoire des championnats d'Europe. Il détrône avec 87 jours d'avance le Néerlandais Jetro Willems (18 ans et 71 jours à l'Euro 2012) qui avait lui-même battu le record de... Enzo Scifo (18 ans et 115 jours) établi à l'Euro 1984. Ce record de Jude Bellingham, coéquipier de Witsel, Thorgan Hazard et Meunier à Dortmund, pourrait toutefois être déjà battu ce lundi par le Polonais Kacper Kozlowski (17 ans et 241 jours) qui pourrait monter au jeu face à la Slovaquie.

Revivez le direct commenté: