L'UEFA a envoyé un "mauvais signal" en refusant à Munich d'éclairer son stade aux couleurs arc-en-ciel en signe de protestation contre la politique de la Hongrie envers les minorités sexuelles, a jugé mercredi le chef de la diplomatie allemande.

"C'est vrai, le terrain de football n'a rien à voir avec la politique. Il s'agit de personnes, d'équité, de tolérance. C'est pourquoi l'UEFA envoie le mauvais signal", a jugé sur Twitter Heiko Maas.

"Mais heureusement, vous pouvez encore afficher vos couleurs aujourd'hui - dans le stade et en dehors", a ajouté le ministre des Affaires étrangères allemand.


En refusant à la ville de Munich d'éclairer son stade aux couleurs arc-en-ciel, l'UEFA a déchaîné les critiques et suscité un mouvement de solidarité en Allemagne, avant un match de l'Euro entre les deux pays qui s'annonce tendu mercredi (21h00).

En réaction, le maire de la grande métropole du sud de l'Allemagne, Dieter Reiter, a annoncé que plusieurs sites emblématiques de la ville seraient parés aux couleurs symboliques mercredi soir, dont une tour et une éolienne visibles depuis le stade.

Avant le match, les organisateurs de la marche des fiertés de Munich, associés à Amnesty International, prévoient de distribuer 11.000 drapeaux arc-en-ciel aux spectateurs (seules 14.000 places seront occupées, en raison des restrictions dues au Covid-19).

L'ambiance pourrait se tendre avec des fans hongrois. La "Brigade des Carpates", groupe d'ultras reconnaissables à leurs tee-shirts noirs, prévoit de débarquer "par milliers" à Munich, selon sa page Facebook.