Championne du monde en 2018, vice-championne d'Europe en 2016, le retour de Karim Benzema, un attaquant de classe mondiale en la personne de Kylian Mbappé, un Ngolo Kanté qui a éclaboussé la finale de la Ligue des Champions de son talent : la France est LA grande favorite pour remporter l'Euro 2020, de l'aveu même de nos consultants auxquels nous avons posé la question dans nos pages de notre édition de ce vendredi.

Mais pour Rolland Courbis, chroniqueur sur RMC Sports et présent sur le plateau du Super Moscato Show, les Bleus sont trop confiants à l'approche du tournoi. Il fustige l'arrogance des joueurs de l'Équipe de France dans leurs propos tenus en conférence de presse depuis le début du rassemblement : "Ils ne s'en rendent même pas compte. Et si on ne fait pas gaffe, on va perdre cet Euro avant même de l'avoir commencé. Avec cette arrogance, la France va se mettre tout le monde à dos, on va se faire détester par tout le monde", a commencé Courbis.

"Les joueurs ne se rendent pas compte des déclarations qu'ils font", continue le consultant qui pointe aussi l'excès de confiance parmi les médias de l'Hexagone, "on pense que Mbappé pourrait être Ballon d'Or, qu'untel ou untel pourrait être Soulier d'Argent ou de Diamant. Mbappé, Kanté,... Ballons d'Or. Je dis pourquoi pas mais gardons-le pour nous. Je suis surpris. C'est peut-être moi mais je prends cela comme un excès de confiance."

Et l'ancien coach de Marseille, Montpellier ou Rennes d'enchainer : "Je ne suis pas en train de jouer au professeur et de donner des leçons. Si je vois l'équipe de France dominer son sujet et terminer championne d'Europe, je serai le premier à applaudir mais je ne le vois pas comme ça", assène-t-il, "j'espère me tromper, comme on dit dans ces cas-là, mais je peux ne pas me tromper également. J'ai peur d'une chose : c'est qu'on se mette à dos tous les adversaires, c'est qu'on se mette à dos le public. On doit prendre conscience qu'on ne joue pas un match à domicile mais on affronte l'Allemagne chez eux et la Hongrie chez eux. On jouera le dernier match face au Portugal en Hongrie sans savoir pour qui sera le public hongrois. J'ai peur qu'on soit jalousé et détesté."

Et à la question du journaliste de RMC Sport de savoir ce qu'il préconiserait à la place de Didier Deschamps, Rolland Courbis a dégainé : "Qu'on se la ferme !"