Une surprise à Budapest. Après avoir battu l'Allemagne lors de la première rencontre du Groupe F, les Bleus sont retombés de haut ce samedi après-midi face à la Hongrie. Menée au score, la bande à Deschamps est parvenue à égaliser peu après la 60e minute de jeu. Mais par la suite, la France n'a que trop peu réussi à amener le danger près du but défendu par Gulacsi.

Le plus grand journal français, L'Équipe, faisait état d'un petit match de la part des Français. "Les Bleus a petits pas", titrait le journal sportif, "Rien n'a été facile dans la fournaise de Budapest, où les 5700 supporters bleus étaient encerclés par une foule rouge qui a rappelé ce qu'était une ambiance brûlante. Secoués, bousculés par des Hongrois galvanisés devant leur public, les Français ont eu le ballon et les occasions pour éteindre cet enthousiasme impressionnant, mais leur première période a été gâchée par une inefficacité terrible."

Un avis partagé par RMC Sport : "Quatre jours après leur victoire autoritaire en Allemagne (1-0), les Bleus ont souffert ce samedi face à la Hongrie (1-1), sous la chaleur écrasante de Budapest, pour leur deuxième match de l'Euro 2021."

Le Parisien parle lui "d'une douche froide", estimant que "les Bleus sont passés à côté en perdant le combat défensif et en saccageant de belles occasions offensives."

Plusieurs joueurs de l'Équipe de France n'ont pas eu leur rendement habituel face aux Hongrois. "L’équipe de France a été abandonnée par quelques hommes forts de France-Allemagne. Il y a bien sûr Pavard, totalement fautif sur le but hongrois mais aussi Rabiot ou Antoine Griezmann, suffisamment au moins par ligne pour que l’édifice craquelle voire s’effondre", se plaint Le Parisien pour expliquer la mauvaise prestation des Bleus.

Avec son ton caustique, So Foot n'a pas épargné un joueur en particulier, Benjamin Pavard : "Régulièrement maltraité par Princesse Fiola et embourbé dans son couloir droit comme dans un marais. Comme l’ogre Shrek, en gros, sauf que Benji ne fait pas peur à grand-monde."

Mais l'homme du match face à l'Allemagne, Paul Pogba, n'a lui non plus pas presté sa meilleure rencontre avec les Bleus : "Ok, sortir tout le temps le match qu’il a fait contre l’Allemagne, c’est mission impossible. Mais un juste milieu serait quand même agréable. Remplacé par Tolisso à la 75e minute qui, pour le coup, est l'homme moyen parfait."

Sans se montrer trop critique, L'Équipe pointait, par le billet d'une statistique éloquente, le manque d'efficacité de Karim Benzema : "Auteur de deux tirs face à la Hongrie ce samedi, dont une reprise à côté en première période sur une belle passe de Kylian Mbappé, Karim Benzema n'a toujours pas marqué depuis son retour en équipe de France. L'attaquant du Real Madrid n'a encore jamais marqué dans un Euro, puisqu'il était resté muet à l'Euro 2008 et à l'Euro 2012. Il est sur une série de trente tirs sans but dans cette compétition."

Globalement, la presse française estime que cette défaite permet aux Bleus de retomber les pieds sur terre : "Un match qui aura au moins le mérite de rappeler aux champions du monde que rien n'est jamais acquis. La preuve : les Français devront encore patienter pour composter officiellement leur billet pour les huitièmes, même s'ils sont en ballottage favorable."

"Dans son refus d'évoluer, elle est donc magnifiée par ses qualités et plombée par ses défauts d'antan. Parmi ceux-ci, il y en a un qui brille comme une lampe qu'on n'arrive plus à éteindre, ni à dévisser, une fois la nuit tombée : son absence de solution et de créativité offensive face aux blocs bas", continue So Foot dans son analyse avant de conclure, "Moralité ? Avec ou sans Benzema, la France de Deschamps n'a pas ou peu muté. Ce qui n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour ceux qui ne valorisent que le résultat au bout du bout."