Luis Enrique a ceci de fascinant qu’il n’aime pas l’exercice de la conférence de presse alors qu’il reste un formidable client.

Le sélectionneur espagnol l’a une nouvelle fois démontré quand il a dû répondre aux interrogations sur le rendement de ses avants-centres : mangé par Manuel Akanji, Alvaro Morata a cédé sa place à Gérard Moreno qui a raté deux énormes occasions.

“Encore heureux que c’est Gerard Moreno qui les a loupées. Si c’est Morata, vous le descendez. C’est assez pénible, ce qu’a vécu Morata et ce que vit maintenant Gérard”, a-t-il lancé aux médias, avant de se montrer protecteur : “Les deux sont mes joueurs et je les adore.” Puis, un rien provocateur : “Les tirs au but ? J’ai vécu la séance la plus tranquille de ma carrière parce que tout le travail a été fait et on ne pouvait pas faire plus.”

Mais aussi parce qu’Unai Simon a fait des merveilles. “Mais, tout comme nous avons dû effacer le souvenir de cette erreur lors du dernier match, il est temps d’oublier rapidement cette victoire car nous affrontons un rival difficile lors du prochain match”, a souligné le gardien élu homme du match et qui s’est montré beau joueur : “Yann Sommer le méritait.”

Ce qui ne va pas consoler le gardien suisse : “Il y a de la déception. Mais je suis tellement fier de l’équipe, de ce que nous avons réalisé ici avec tout le pays derrière nous.”