Le match : les remplaçants autrichiens ont fait la différence

En ouvrant le score après 18 minutes, les Autrichiens ont pensé avoir fait le plus dur face à des Macédoniens bien organisés. Sa vista et son coup de patte ont permis à Sabitzer d'adresser un centre millimétré à Lainer. Grâce notamment à une absence d'Alioski, le latéral de Mönchengladbach a finement trompé Dimitrievski. Mais la joie des hommes de Franco Foda n'aura duré qu'une dizaine de minutes, soit le temps qu'il a fallu à Pandev pour remettre les pendules à l'heure. Le capitaine emblématique de la Macédoine du Nord a profité de la grossière maladresse de Bachmann pour tranquillement égaliser dans un but vide. Une réalisation qui a forcément donné confiance aux troupes d'Igor Angelovski. Reboostés, les Macédoniens ont courageusement contenu les assauts autrichiens et misé sur le contre durant 50 minutes. À un petit quart d'heure de la fin, le talent d'Alaba a effectivement fini par faire la différence. Depuis la gauche, celui qui a récemment troqué le maillot du Bayern pour celui du Real Madrid a brillamment servi Gregoritsch (qui a remplacé Baumgartner) qui a surgi pour redonner l'avantage aux siens. Alors que Kalajdzic lui a été préféré en pointe, Arnautovic - monté au jeu - s'est ensuite offert le troisième et dernier but autrichien.

Le joueur : Goran Pandev s'inscrit encore davantage dans la légende

Le scénario était écrit quelque part dans les étoiles. S'il y a bien un Macédonien qui devait marquer le premier but de sa nation lors d'un grand tournoi, c'est bien l'inévitable Goran Pandev. À l'instar de Gyan Asamoah avec le Ghana, Angelos Charisteas avec la Grèce ou encore Eduardo Vargas avec le Chili, il fait partie de cette curieuse catégorie de joueurs qui, en endossant le maillot de son pays, se sentent pousser des ailes. Sa carrière de joueur en club, qui l'a vu passer par l'Inter, la Lazio ou encore Naples, reste des plus honorables. Mais ses piges internationales en font une véritable légende en Macédoine du Nord.

Face à l'Autriche, le capitaine a guidé ses coéquipiers, tant par la voix que des pieds. Son âge ne lui a peut-être pas permis de parcourir énormément de kilomètres, mais, dans une équipe qui a surtout misé sur les transitions rapides, il a fait ressentir sa présence au pressing et en transitions offensives.

Malgré la cruelle défaite, son but est venu couronner un parcours phénoménal. Et dire qu'il compte raccrocher les crampons en fin de tournoi… À moins que son coach à la Genoa, Davide Ballardini, ne parvienne à le convaincre de reconsidérer son choix.

Le chiffre : 2

Du haut de ses 37 ans et 321 jours, Goran Pandev est devenu le deuxième joueur le plus âgé à inscrire un but lors d'un Euro. Une incroyable performance pour le héros national, mais le record est toujours détenu par Ivica Vastic. Le milieu… autrichien a fait trembler les filets de la Pologne en 2008 à 38 ans et 257 jours.