L’attaquant espagnol Alvaro Morata, régulièrement hué par ses propres supporters, s’est résigné face aux critiques qui lui sont adressées. Dans une interview accordée à la station de radio espagnole Cope, il a déclaré que sa famille avait également souffert. "J’ai été menacé, ma famille a été insultée", a déclaré le joueur de 28 ans, père de trois fils.

Après le match contre la Pologne (1-1), Morata a déclaré être resté éveillé pendant neuf heures. Lors du dernier match amical avant le championnat d’Europe, Morata a été pris à partie par certains supporters espagnols. Lorsqu’il a raté plusieurs occasions au cours du premier match de groupe contre la Suède (0-0), il a de nouveau eu droit à un concert de sifflets. Luis Enrique a ensuite titularisé Morata contre la Pologne. Il a alors célébré son but avec l’entraîneur.

Lorsque Gerard Moreno a trouvé le poteau pour son penalty tiré à 1-1, Morata a inexplicablement manqué le 2-1. Contre la Slovaquie (5-0), Morata a lui-même manqué un penalty. "Peut-être que je n’ai pas fait mon travail correctement. Je comprends que je sois critiqué quand je ne marque pas, a expliqué Morata sur Cope. Mais j’aimerais que les gens puissent imaginer ma situation pour une fois."

Morata a raconté les menaces, dont certaines sont également dirigées contre ses enfants.

Les joueurs espagnols peuvent se tourner vers le psychologue Joaquín Valdez. "C’est très bien qu’il y ait quelqu’un qui vous écoute et vous comprenne toujours, quand vous en avez besoin", a conclu l’attaquant.

Morata joue avec la Roja à Copenhague contre la Croatie en huitième de finale, lundi (18 h).