Une délivrance. Pour le stade de Wembley, rempli à moitié par des supporters hystériques. Comme pour le groupe des Three Lions. Ce mardi, les Anglais ont exorcisé leurs vieux démons. 25 ans après le penalty raté d'un certain Gareth Southgate. En 1996, l'actuel coach de la sélection avait manqué un penalty dans ce même stade de Wembley face à ces mêmes Allemands. L'Angleterre n'avait d'ailleurs jamais été aussi loin à un Euro. Ses joueurs l'ont vengé. Et la presse se met à espérer un titre.

À commencer par le Sun: "Une nation peut vraiment commencer à rêver", titre le journal. "Gary Lineker avait dit un jour: 'Le football est un jeu simple. Ce sont 22 joueurs qui courent après un ballon pendant 90 minutes et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent.' Mais hier soir, les hommes de Southgate ont fait rêver des millions de personnes après avoir sans doute remporté la plus belle victoire de football du pays en 55 ans", ajoute le journal.

Toujours pour le Sun, le Bomber allemand Jurgen Klinsmann voyait également d'un bon œil le parcours des Anglais. "Tout semble être synchronisé et équilibré. Selon moi, c'est votre tournoi."

Pour le Times aussi, l'Angleterre a toutes ses chances. "Maintenant, nous pouvons y croire", a titré le journal ce mercredi matin. Le rêve prend d'ailleurs la place d'un nombre incroyable de Une sur l'île britannique. "C'est le temps de rêver", pour le Daily Mirror. Le Daily Mail pense lui qu'il faut "oser rêver" pour atteindre la finale et la remporter.

D'autres analystes anglais pensent également que c'est maintenant ou jamais pour cette génération. Pour la BBC, Alan Shearer a estimé que "l'Angleterre n'aura jamais une meilleure occasion de gagner l'Euro." Avant de poursuivre: "Nous avons battu les Allemands de façon impressionnante. Désormais, si les Anglais pouvaient choisir un tirage au début de la compétition, ils rêveraient de ce qu'ils ont. Ils ont toute leur chance d'atteindre Wembley. Si c'est le cas, ils auraient joué six matchs sur sept à Wembley. Et c'est difficile de trouver une meilleure atmosphère pour gagner un tournoi."

Un sentiment partagé par Rio Ferdinand sur le plateau. "La confiance a changé de camps. Il ne reste plus personne que l'Angleterre doit craindre. Bien sûr, chaque adversaire sera coriace. Mais dans ce tirage au sort, l'Angleterre sera l'équipe à battre." En affrontant l'Ukraine en quart puis potentiellement la République-Tchèque ou le Danemark en demi-finale, difficile de contredire les différents analystes.

Dans une chronique pour le Telegraph, Jamie Carragher a également donné beaucoup de crédit à Gareth Southgate. "Que vous soyez d'accord avec ses choix ou non, l'entraîneur national a démontré qu'il possédait l'une des caractéristiques les plus importantes pour un entraîneur: la personnalité. Car il est toujours resté fidèle à lui même. Contrairement aux managers précédents, il n'est jamais influencé par les médias lorsqu'il choisit son onze. Cette détermination a déjà mené les Anglais en demi-finale d'une Coupe du monde. Cela pourrait les amener jusqu'au titre à ce tournoi."

Cependant, l'ancienne légende de Liverpool voit un bémol à cette équipe: Harry Kane. "Plus le tournoi avance, plus il doit résoudre ce problème. Son but ne camoufle pas ses 86 minutes précédentes. Mats Hummels, qui vit la fin de sa carrière, a connu son match le plus facile du tournoi. Le manque de mouvement et de présence physique de l'attaquant de Tottenham n'a pas aidé son équipe."

Difficile de dire si les Anglais sont devenus les légitimes favoris de l'Euro. Une chose est certaine, ils ont la tête de l'emploi. Car ils sont parvenus à vaincre ce sentiment d'infériorité face aux Allemands. Et surtout parce qu'ils disposent d'un tableau dégagé. Cependant, il faudra gérer cet éventuel nouveau statut. Un statut qui n'est pas facile à gérer pour tout le monde comme en témoigne la défaite de la France face à la Suisse.