Le match: Khychowiak et Lewandoski effacés par Hamsik et Skriniar

Petit Poucet de ce groupe E, la Slovaquie avait à coeur de prouver qu'elle était tout sauf un oiseau pour le chat pour son second championnat d'Europe consécutif. Les deux stars, capitaines de leur sélection, de ce match: Lewandowski et Hamsik étaient au centre de l'attention. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'attaquant du Bayern au 48 buts cette saison a perdu son duel à distance lors des 45 premières minutes avec l'ancien joueur du Napoli. Du haut de ses 33 ans, Hamsik a fait tourner les Polonais qui n'ont jamais su trouver la faille au contraire de Mak qui, suite à un superbe numéro de soliste, a poussé Szczęsny à la faute sur le 0-1.

Impuissants durant 45 minutes, les Polonais, sans doute sermonés par Paulo Sousa, sont revenus sur la pelouse de Saint-Pétersbourg totalement transfigurés et n'ont ainsi mis qu'un peu plus de 60 secondes pour rétablir l'égalité au terme d'un magnifique mouvement en une touche de balle ponctué par Linetty. Notons, au passage, la mauvaise intervention du portier slovaque, Dúbravka qui, comme Szczęsny en première période, devait faire bien mieux.

Mais après un bon quatrième quart d'heure, les Aigles Blancs n'ont pas su garder le rythme et ils ont été trahis par un de leur joueur les plus expérimentés, Grzegorz Krychowiak, qui fêtait sa 80e sélection. Déjà averti bêtement en première période, l'ancien joueur du PSG était tout aussi stupidement exclu pour un second avertissement reçu suite à une tackle trop appuyé. La rencontre avait alors basculé et c'est via une frappe d'attaquant de son... défenseur central, autre star de sa sélection, Skriniar, que la Slovaquie a pu s'imposer créant ainsi une réelle surprise.


L'homme du match: Milan Skriniar

Monter en ligne sur les corner, Milan Skriniar le fait autant en sélection qu'à l'Inter. Mais ce soir, à Saint-Pétersbourg, le coéquipier de Romelu Lukaku s'est inspiré de ce dernier pour offrir à sa patrie ses trois premiers points du tournoi avec un envoi digne de notre Romelu national. Le troisième but de la carrière internationale du défenseur central rapporte autant de points qui, au décompte final, pourraient bien peser lourd dans la balance.

Le chiffre: 1

Le portier de la Juventus, Wojciech Szczęsny est entré dans l'histoire de l'Euro ce lundi. Le dernier rempart de la Pologne est devenu le premier gardien de l'histoire à marquer un but contre son camp lors d'un championnat d'Europe. L'ancien gardien d'Arsenal se consolera en se disant qu'il n'est pas le seul de la confrérie des gardiens à avoir envoyé le cuir au fond de ses filets. Trois autres portiers l'avaient fait, mais en Coupe du monde: le Suisse Yann Sommer en 2018 contre le Costa Rica, le Hondurien Noel Valladares en 2014 face à la France et l’Espagnol Andoni Zubizarreta contre le Nigeria en 1998. Au rayon des premières, on notera également le premier but de Karol Linetty et Milan Skriniar (le troisième de leur carrière en sélection) dans une grande compétition.Enfin, Grzegorz Krychowiak est devenu le premier joueur de cet Euro à être exclu, ce qui a précipité la chute des siens.