Dans le jargon footballistique, c’est le nom d’un gardien espagnol qui est souvent utilisé pour évoquer de grossières erreurs : "Faire une Arconada."

En finale de l’Euro 1984 face à la France, le portier espagnol Luis Arconada commet une énorme bourde en laissant glisser le ballon après un coup-franc de Michel Platini.

Mais on pourra bientôt aussi utiliser l’expression "faire une Unai Simon" tant l’erreur du gardien basque était grossière. Probablement trop confiant, le dernier rempart de l’Athletic Bilbao est passé à côté d’une passe en retrait de Pedri.

Même si Unai Simon s’est ensuite racheté avec quelques bons arrêts et une belle sortie, cette boulette relance le débat du poste de gardien n°1, en sachant que David De Gea se tient prêt sur le banc. "Unai Simon sait qu’il a toute notre confiance", tempère le capitaine Sergio Busquets. "Le but était de la malchance mais son état d’esprit est resté décontracté tout en restant concentré et il l’a montré aujourd’hui. Il était ultra-sécurisant après le but et a fait de superbes arrêts."

"Unai est un grand gardien", confirme Ferran Torres. "Il a réagi avec brio à ce qui s’est passé et il nous a sauvés avec quelques arrêts qui ont été formidables, en particulier à 3-3."

Luis Enrique ayant opté clairement pour Unai Simon comme gardien titulaire, il est tout de même très peu probable qu’un changement si important soit effectué pour le quart de finale.

"Unai a donné une leçon aux enfants du monde entier", positive Luis Enrique. "Le football est fait d’erreurs et sa réaction, en réalisant de superbes arrêts, est un exemple de la raison pour laquelle nous avons une telle confiance en lui."