Michel Platini, président de l'UEFA, estime qu'on "a ouvert la boîte de Pandore" avec la technologie sur la ligne de but permise dans le football, a-t-il déploré vendredi à Monaco.

"On a ouvert la boîte de Pandore, comme c'était prévu, comme je l'avais dit. Ca se confirme. Regardez le rugby, les télés demandent de commencer les matches plus tôt car les matches durent plus longtemps, puisque toute action nécessite le recours à la technologie. C'est un gros problème. Les arbitres ne prennent plus de décisions eux mêmes au rugby", a-t-il regretté.

"J'étais contre l'arrivée de la technologie sur la ligne de but. Car après, on va demander la technologie sur le corner, le hors jeu, la remise en touche... Et je vous rappelle que la technologie n'est pas fiable à 100%", a encore souligné Platini, favorable à un arbitrage à cinq.

"Regardez au tennis, Tsonga a dit "les arbitres sont moins concentrés, la technologie prend la décision à leur place", a-t-il ajouté.

"Maintenant que la technologie est autorisée sur la ligne de but par l'IFAB (organe garant des lois du jeu, ndlr), la question est: est-ce que nous la mettrons à l'Euro 2016? Ce sera au comité exécutif de l'UEFA, je ne sais pas quand, de faire une recommandation en ce sens ou non. Mais en tout cas, on ne la mettra pas en Ligue des champions ni en Europa League, ce serait trop cher", a-t-il conclu.