"Ils nous ont roulé dessus", "la peur au ventre": des Catalans défaitistes après la gifle reçue face à la Juventus

Cristiano Ronaldo a gagné son duel face à son "meilleur ennemi" Lionel Messi mardi pour la 6e journée de Ligue des champions (3-0), offrant la première place du groupe à la Juventus Turin, qui a infligé sa première défaite de la saison en C1 au FC Barcelone.

Rédaction (avec AFP)
"Ils nous ont roulé dessus", "la peur au ventre": des Catalans défaitistes après la gifle reçue face à la Juventus
©AP

Messi a certes eu quelques frappes en dehors de la surface (23e, 47e) pour alerter l'éternel gardien de la "Vieille dame", Gianluigi Buffon (43 ans en janvier). Mais le capitaine blaugrana a été encore une fois impuissant, comme lors de la défaite chez le promu Cadix samedi (2-1) en Liga, et a dû s'incliner face à son rival.

C'est surtout la défense centrale qui inquiète côté catalan: en l'absence de Gerard Piqué, blessé jusqu'au printemps, Ronald Araujo a été dépassé sur le premier pénalty et sur le but de Bonucci annulé par le VAR (75e).

Et Clément Lenglet, déjà fautif contre Cadix, a de nouveau pénalisé les siens sur le second pénalty... ce qui a obligé Ronald Koeman à lancer Samuel Umtiti, de retour de blessure, à sa place (55e).

Le Barça a joué "la peur au ventre", a estimé l'entraîneur Ronald Koeman en conférence de presse, tandis que l'attaquant français Antoine Griezmann a confessé sur Movistar que les joueurs ont offert "une très mauvaise image". "En première période, ils nous ont roulé dessus, on a manqué de tout, d'envie, d'attitude, de courir, d'attaquer... On a tout fait de travers", a ainsi déclaré l'attaquant français. "En deuxième période, ils avaient l'avantage des trois buts, on a été un peu mieux, mais c'est un mauvais jour, un mauvais match. De qui ça va être la faute, si ce n'est celle des joueurs? On doit travailler et aller de l'avant. La seule manière, c'est de laisser tout ça de côté et de travailler. On a un match dimanche (NDLR: contre Levante), on doit le gagner parce qu'aujourd'hui on a laissé une très mauvaise image de nous, de l'équipe. On a le niveau, le talent, on sait travailler, on sait courir, c'est ce que l'on doit faire. Peu importe qui sera notre adversaire en 8es, il devra venir ici, au Camp Nou, et on devra prouver à tout le monde que l'on peut gagner la Ligue des champions. C'est un vrai coup dur, mais il arrive au bon moment pour nous remettre les idées en place, pour nous réveiller et nous montrer que dans le foot, tous les matches sont difficiles."

Bref, une nouvelle désillusion européenne pour le Barça, près de quatre mois après le 8-2 essuyé contre le Bayern Munich à Lisbonne.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be