"Une honte" ou "pas d'erreur flagrante" sur le but qui change tout: Benzema fait-il faute sur Donnarumma?

Le Real Madrid a éliminé le PSG lors d'une soirée inoubliable pour le Bernabeu. Avec une polémique qui fait couler beaucoup d'encre.

Incontestablement, il s'agit du tournant de la rencontre. Flashback: Paris mène tranquillement 0-1 au Bernabeu. Le Real Madrid est dans les cordes et, à moins d'un miracle, personne ne voit les hommes de Carlo Ancelotti revenir dans la partie. A la 62e minute, le miracle se produit. Donnarumma est pressé par Karim Benzema. Le Français bouscule l'Italien qui rate complètement sa relance. Vinicius récupère le cuir et passe à Benzema qui égalise à bout portant. La suite, tout le monde la connait. Un KB9 en état de grâce se charge d'achever la bête parisienne blessée avec deux buts en autant de minutes (76e, 78e). Paris est éliminé. Surtout, Paris est frustré. Y avait-il faute sur le portier italien par l'homme de ce huitième de finale retour? Les avis sont, forcément divisés.

"Une honte"

Pour Paris, le débat n'existe pas: la faute est claire et nette. Comme l'a regretté Mauricio Pochettino au micro de Canal +. "Je me demande ce que fait l'arbitre", a commencé l'entraîneur francilien. "Pour moi, il y a faute sur Donna, c'est une honte. Quand on revoit l'action, il y a faute, et après, le match a complètement changé. Pendant une heure, on a dominé le Real Madrid et ce but a tout changé. Je pense que c'est impossible de ne pas parler de cette grosse erreur faite par les arbitres. C'est difficile à accepter et je ne le pardonnerai pas. C'est incroyable que cela arrive en 2022, je n'y crois pas."

Si le PSG était divisé sur le terrain, il l'était beaucoup moins en tribune. Car le son de cloche était identique pour le directeur sportif Leonardo. "C'est un peu dur, on peut analyser beaucoup de choses, parler d'une équipe qui a dominé pendant une heure et après c'est pas pour nous excuser mais la faute sur Donnarumma change les choses. La faute, elle existe, elle est claire et c'est pas possible de ne pas consulter la VAR dans ces moments-là…"

A l'inverse, le principal intéressé n'a même pas compris la question à la fin de la rencontre. En effet, pour Karim Benzema, il n'y a absolument rien. "Est-ce que je fais faute ? Non, pas du tout, je le presse, il attend, il perd le ballon, tout simplement. Il aurait dû dégager, c'est tout", a-t-il déclaré de façon limpide.

"Donnarumma a eu sa chance de jouer"

En Espagne, on est d'accord avec Karim Benzema. Rien de neuf sous le soleil. Mais même en France on se questionne à propos de la faute présumée de KB9. Pour L'Equipe, Saïd Ennjimi, spécialiste arbitrage pour la chaîne, a dit le fond de sa pensée. "En direct, je me suis d'abord dit que c'était une erreur de Donnarumma", commence-t-il. "On est dans le genre de situations où l'attaquant arrive vite. Je pense que Benzema veut jouer le ballon. Il bouscule un peu Donnarumma mais je ne vois pas de scandale. Si Benzema lui avait mis un coup de genou, ok. Mais là non." Pour lui, le contact n'est pas synonyme de faute. Surtout dans ce genre de situation où le gardien perd les pédales sous pression. "Pour moi c'est assez logique que l'arbitre laisse le jeu se poursuivre. Donnarumma dégage le ballon sous pression avant d'être touché. À ce titre-là, il a eu sa chance de jouer", ajoute-t-il.

L'autre question qui se pose concerne la VAR. Devait-elle intervenir ce mercredi soir? Pour Saïd Ennjimi, la logique a été respectée. "Je pense que la VAR a visionné les images et personne n'a relevé d'erreur flagrante. J'aurais été l'arbitre, j'aurais aussi laissé jouer. On peut ne pas être d'accord avec la décision mais dire que c'est un scandale, c'est excessif. Le foot, c'est aussi accepter les contacts", a-t-il conclu.

Sur plateau, Jérôme Alonzo, ancien gardien du PSG a également estimé que l'Italien était en faute. "Son attitude incite quand même l'arbitre à ne pas siffler. Il fait fragile sur l'action", a-t-il estimé. Pour l'ancien arbitre Bruno Derrien, il n'y a pas de quoi crier au scandale. "Je ne suis pas convaincu que Benzema fait faute. Il y a un léger contact, c'est vrai, mais ce n'est pas une poussée de maçon non plus. Pour moi, c'est surtout une erreur du gardien. La VAR intervient dans le cas d'une faute grossière d'arbitre, là ce n'est pas le cas. Que le but soit validé, ce n'est pas choquant", a-t-il expliqué pour Le Parisien.

Une chose est certaine, l'action n'a pas fini de faire parler d'elle. Et elle pourrait avoir de graves conséquences sur l'avenir parisien. Avec Pochettino en tête de liste.


Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be