"Nous allons les punir", "Ne plaisantez pas avec nous": le Bayern a t-il été trop arrogant face à Villarreal?

Villarreal a réalisé un exploit grandeur nature: sortir le Bayern Munich. La faute à qui?

Décidément, ce 12 avril 2022 restera dans les annales de la Ligue des champions. Outre le succès mémorable du Real sur Chelsea, Villarreal est allé chercher un match nul historique sur le terrain du Bayern Munich. Un sacré camouflet pour des Allemands qui se voyaient déjà rectifier le tir après sa défaite à l'aller (1-0).

Avant la manche retour, la machine bavaroise s'est montrée bien sûre d'elle. A l'image d'un Leon Goretzka en pleine confiance. Trop peut-être. "La maison est en feu, nous allons livrer un match digne du Bayern." Même son de cloche du capitaine et emblème du club Manuel Neuer. "Nous avons du caractère dans cette équipe, beaucoup d'orgueil. Quand on a perdu un match aller, il ne faut pas plaisanter avec nous."

Même Julian Naggelsman n'a pas hésité à assurer qu'ils allaient venir à bout de l'actuel 7e de Liga. "Nous avons fait beaucoup d'erreurs à l'aller. Ils en ont fait une: nous laisser en vie. Et nous devons les punir pour ça", avait lâché le T1 du Bayern. Sauf que nonante minutes plus tard, les Allemands sont dehors. Et ils ont commis la même erreur que les Espagnols à l'aller. Avec une différence notable, ils se sont laissés punir en contre.

Naggelsman, l'arroseur, arrosé

C'est bien connu, les déclarations des uns peuvent booster le mental des autres. C'est exactement ce qu'il s'est passé à l'Allianz Arena. Comme le confirme Gérard Moreno. "Au match aller, nous avons commis l'erreur de ne pas les achever, et tous les commentaires autour de ça nous ont servi de motivation. Ce soir, ils ont commis l'erreur de ne pas nous tuer, et nous avons tiré profit de ça", a assuré l'attaquant.

En conférence de presse d'après match, Unai Emery a tiré sur la même corde: "Ils ont fait une seule erreur : nous laisser en vie. Et nous les avons punis pour ça." Pas besoin de nommer la cible. Cela n'enlève rien au talent de l'ancien entraîneur de Leipzig.

A 34 ans, Julian Naggelsman apprend encore son métier. Malgré son génie tactique, cet excès de zèle prouve qu'il a encore des choses à assimiler d'un point de vue humain. Après la rencontre, il n'a pas fait patte blanche. "Si on parle de tactique et d'intensité, c'était l'un de nos meilleurs matches de ces derniers mois", a-t-il d'abord souligné à Amazon Prime Allemagne. "Contrairement au match aller, Villarreal n'est jamais ressorti proprement par l'arrière. Nous devions marquer le deuxième but, mais nous ne sommes pas parvenus à le faire. Je suis très amer." Cadre de cette équipe bavaroise, Thomas Müller aussi s'est montré frustré sans jamais se remettre en question. "À aucun moment nous n'avons été sous la menace d'un but adverse. Finir ce match sur un nul 1-1, c'est contre le cours du jeu", a déclaré l'international de la Mannschaft.

Une chose est certaine, les joueurs de Villarreal, eux, se fichent totalement de la physionomie de la rencontre. "C'est incroyable, là on a choqué l'Europe je pense", a lâché Étienne Capoue, énorme ce mardi, aux micros de Canal+. "On a été solides, on savait qu'on allait souffrir mais on avait un plan, c'était de les laisser venir et de bien défendre, et on savait qu'on aurait une opportunité. On l'a montré, on a tout misé sur ça, un but suffisait pour passer en demies. On est des chasseurs!", a-t-il terminé en rigolant.

Autre symbole de la soirée: Raul Albiol. L'ancien défenseur du Real connaît une deuxième jeunesse sous Émery. "Vivre cela à 36 ans dans un stade aussi beau, contre un tel adversaire, mon premier titre d'homme du match de ce niveau... je suis très heureux", a-t-il déclaré. "Nous sommes une équipe qui travaille, qui se fait mal, nous n'avons pas autant d'argent que d'autres mais nous devons nous battre avec d'autres armes. Nous avons souffert, nous le savions, mais nous avons été payés en retour, nous avons sorti le Bayern."

Et pourquoi pas, maintenant, poursuivre d'autres rêves encore plus grands? Le vainqueur de Liverpool - Benfica est en tout cas prévenu: il ne faudra pas sous-estimer le Sous-Marin.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be