"Nous avons moins de vocabulaire mais nous ne sommes pas si stupides": cela a aussi chauffé entre Simeone et Guardiola

Les deux entraîneurs se sont répondus par médias interposés.

La double confrontation entre l'Atletico Madrid et Manchester City aura été l'occasion de voir deux visions du football s'affronter. Parfois même jusque dans la caricature. Une vraie opposition de style qui aura tourné à la bagarre générale au match retour.

Chacun avec ses armes, les deux coachs ont donc déployé leurs munitions en dehors des terrains. Après la rencontre, l'Argentin n'est pas allé saluer l'ancien du Barça. Selon certaines images, il serait même allé applaudir le banc de Manchester City alors que les Anglais étaient accusés de perdre volontairement du temps. Lui s'en défend. "Je ne suis pas allé vers le banc de Pep. J'ai applaudi les gens qui appréciaient l'effort de l'équipe. Les gens étaient très impliqués", a taclé le Cholo.

Avec son style caractéristique, il a ensuite envoyé une petite pique à son homologue. "Je n'ai pas de raison de donner une opinion ou de dire si quelqu'un parle mal ou bien. Les personnes très intelligentes avec un grand vocabulaire peuvent, avec des mots élogieux, vous mépriser. Nous, qui avons moins de lexiques, ne sommes pas si stupides", a-t-il assené.

Critiqué après un match très défensif à l'aller où son équipe n'a tenté aucun tir, il a défendu sa philosophie. "Je suis fier de cette équipe de l'Atlético, parce qu'elle se bat", a-t-il jugé. "Nous avons notre manière de jouer, bonne ou mauvaise. Mais on ne lâche jamais rien. Le football comporte beaucoup de facettes et je ne vais pas juger la manière de jouer de l'adversaire. Nous, on a joué avec nos armes, contre ce qui est possiblement la meilleure équipe du monde. Je ne suis pas content du tout d'avoir été éliminé, mais je suis serein, car je sais que les anciens, les Luis Aragonés, ceux qui sont partis pendant la pandémie, auront vu ce (mercredi) soir une équipe rivaliser. Et c'est très difficile à réussir."

"Ce sont les journalistes qui ont installé une sorte de concurrence"

Après le 1-0 à l'aller, Pep Guardiola avait confié que jouer contre ce style de jeu n'était pas évident. En conférence de presse, le Catalan a voulu désamorcer la bombe. "Ne vous méprenez pas, je n'ai jamais critiqué l'Atletico. J'ai juste dit que c'était difficile d'attaquer contre une équipe qui défend très bien", a-t-il commencé. "Ce que je sais, c'est que bien défendre tous ensemble derrière, c'est très très compliqué." Avant ensuite de cibler les médias comme les coupables de cette pseudo rivalité. "Ce sont vous, les journalistes, qui avez installé une sorte de concurrence entre nos deux styles, pas moi. Simeone peut jouer comme il veut, ce n'est pas moi qui vais juger. Ils jouent comme ça depuis des années et le font comme personne."

Là-dessus, Pep Guardiola garde sa ligne de conduite. Avant la manche aller, il avait été plutôt élogieux envers Diego Simeone. "Mais qu'est-ce que c'est être moche ? Nous aussi, nous avons battu Manchester United 1-0, à Old Trafford, et Bernardo Silva a passé quatre minutes dans un coin pour défendre notre résultat. Je ne juge jamais l'adversaire, ce qu'il fait ou essaie de faire. Les débats sur le style sont stupides. La bonne façon de jouer est de gagner, et l'Atlético est plus offensif que ce que les gens pensent."

Dominé en seconde période, Manchester City est passé par le chat de l'aiguille. Et Pep en a pleinement conscience. "Ils étaient juste meilleurs que nous lors de la seconde période. Quand vous regardez leurs sorties de balle, on aurait pu en prendre quatre. Je savais qu'il s'agirait d'un match totalement différent que l'aller. Je l'avais dit en Angleterre avant de venir. Finalement, on s'en sort avec un 0-0, et on passe, comme eux auraient pu passer. C'est le football."

De quoi calmer les ardeurs de Diego Simeone?


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be