"Scènes chaotiques", "Un scandale sans nom"... Si Courtois a marqué les esprits, la presse internationale limoge l’organisation de la finale de la Ligue des Champions

Malgré une organisation chaotique, le Belge est salué par tous les médias.

Ju.Pa/M.D.
"Scènes chaotiques", "Un scandale sans nom"... Si Courtois a marqué les esprits, la presse internationale limoge l’organisation de la finale de la Ligue des Champions
©BELGA

Il fallait s'en douter. A deux ans des Jeux Olympiques, Paris et la France ont montré de sérieuses failles dans l'organisation.

Les médias espagnols n'ont pas manqué d'épingler également l'UEFA. "La réalité, c'est que ce n'était pas le seul échec et l'image de l'UEFA en est très affectée", pointe le Mundo Deportivo quand le Daily Mail évoque "une nuit de chaos" et The Telegraph regrette " des scènes chaotiques".

Même son de cloche, du côté du quotidien catalan Sport. "Une honte: la finale a débuté avec une demi-heure de retard à cause du chaos aux accès du stade", peut-on lire sur sa Une ce dimanche. Le président d'honneur du quotidien sportif As n'y est pas allé de main morte lui non plus. Très respecté dans le milieu du football espagnol, il dénonce Liverpool et "ses hordes de barbares sans ticket d'entrée" dans son édito sanglant. "Il ont créé un scandale sans nom aux portes du stade, qui aurait bien pu provoquer une catastrophe, même si tout est heureusement rentré dans l'ordre avec le retard du coup d'envoi (...) Ces faits ne peuvent par rester impunis", a-t-il écrit.

"Le meilleur gardien de la planète"

Au niveau sportif, la prestation de Thibaut Courtois est resté dans toutes les mémoires. "Le héros indiscutable de cette finale", prend position Marca quand Mundo Deportivo décrit le portier des Diables Rouges comme rassurant car "il a dominé sa surface avec une confiance écrasante et répandu le calme à sa défense.Chaque arrêt était la confirmation que le Real Madrid ne joue pas la finale, il la gagne."

L'Equipe n'hésite pas à prétendre que l'ancien genkois est "le meilleur gardien de la planète."

Si la presse espagnole parle de Vinicius comme "le Mbappé qui n'est jamais venu", leurs homologues anglais se concentrent sur la prestation décevante de Liverpool.

"La dure vérité était que trop peu de joueurs de Liverpool avaient atteint leur meilleur niveau. Peut-être était-ce à cause de l'épuisement mental et physique d'une saison comme peu d'autres, qui a également comporté un combat infructueux jusqu'à l'arrivée avec Manchester City pour le titre de Premier League", s'interroge The Guardian

Ils ont aussi montré toute leur admiration sur ce Real Madrid à l'image du Telegraph.

"L'histoire reviendra avec émerveillement sur la façon dont ils ont adapté et affiné leur jeu plus expansif du milieu de la décennie précédente dans cette identification précise des moments clés du jeu."

En Allemagne, au pays de Jürgen Klopp, Bild n'hésite pas à épingler le technicien qui a connu "sa pire faillite". En Italie, la Gazzetta dello Sport rend hommage à Carlo Ancelotti. "Il est respecté et admiré par ceux qui ont pu l'apprécier, d'abord en tant que joueur puis en tant qu'entraîneur."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be