Le match avait une saveur particulière pour lui. Révélé à Porto avec qui il a gagné une Ligue Europa en 2011, André Villas-Boas se souviendra longtemps de ce retour dans son club de coeur tant ses hommes ont été particulièrement mauvais.

"On se tue nous-mêmes. Notre parcours est marqué par nos erreurs individuelles. C’est nous qui offrons les buts aux autres. C’était déjà comme ça à l’Olympiacos, contre City. Et aujourd’hui, c’est la même chose. J’espère que ça changera avec l’expérience. L’adversaire a fait mieux que nous sur l’intensité. On a eu un peu de contrôle mais ça n’a pas suffi. Porto a eu un peu plus d’envie, a gagné les deuxièmes ballons, a été plus intense, plus agressif, et nous, on n’était pas là. On a payé le prix fort", a-t-il d'abord analysé froidement avant de perdre ses nerfs quand la question suivante portait sur le record peu glorieux que l'OM vient d'égaler avec 12 défaites consécutives en Ligue des Champions.

"C'est une honte, on fait de la merde"

"Qu’est-ce tu veux dire sur ce record ? Qu’est-ce qu’on peut faire maintenant ? C'est une honte, c’est à nous d'arrêter ça, c'est sur l’OM qu'est tombée cette merde. C’est notre parcours... Pour être faible, pour faire de la merde en Ligue des champions, tu as déjà besoin d’être là (d'être présent dans la compétition, NDLR). On est là, et on fait de la merde. C’est comme ça. Il faut absolument faire mieux, parce que c’est déjà beaucoup."

Une sortie lunaire qui corrobore les propos tenus plus tôt par Steve Mandanda. "Il reste trois matches, il va falloir essayer de montrer un autre visage, parce que là, on est limite ridicules. Déjà, les résultats. On prend des buts à chaque fois stupides qui nous tuent les matches d'entrée, et puis voilà, on est à zéro point. Il y a le cumul des Ligues des champions passées... Tous ces éléments mis bout à bout, ça fait beaucoup", a confié l'international français.

En cas de défaite dans trois semaines au Vélodrome face encore à Porto, la crise risque encore de s'aggraver.